Réunion de Genève : « En finir avec la polio avant la fin de l'année », décident les ministres de la Santé

16 janvier 2004

Alors que, la semaine dernière, deux nouveaux cas de polio étaient confirmés par l'OMS, l'agence de l'ONU pour la santé, au Bénin et au Cameroun, des pays que l'on pensait avoir débarrassés de la maladie, les ministres de la Santé des derniers pays d'endémie, réunis hier à Genève, ont dévoilé un nouveau plan visant à vacciner 250 millions d'enfants au cours d'une série de campagnes de masse en 2004 et « reléguer ainsi la poliomyélite dans les livres d'histoire au cours des douze mois à venir. »

Alors que, la semaine dernière, deux nouveaux cas de polio étaient confirmés par l'OMS, l'agence de l'ONU pour la santé, au Bénin et au Cameroun, des pays que l'on pensait avoir débarrassés de la maladie, les ministres de la Santé des derniers pays d'endémie, réunis hier à Genève, ont dévoilé un nouveau plan visant à vacciner 250 millions d'enfants au cours d'une série de campagnes de masse en 2004 et ce faisant, « reléguant la poliomyélite dans les livres d'histoire au cours des douze mois à venir. »

Les données présentées par l'Afghanistan, l'Egypte, l'Inde, le Niger, le Nigeria et le Pakistan montrent qu'il n'existe plus qu'une poignée de réservoirs du poliovirus. Ces données et l'introduction de nouveaux programmes agressifs constituent une occasion sans précédent d'éradiquer une maladie qui paralysait jadis des centaines de milliers d'enfants chaque année, indique un communiqué que vient de publier l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Grâce à un investissement total de 3 milliards de dollars en 15 ans et à l'engagement de plus de 200 pays et de 20 millions de volontaires, la poliomyélite pourrait être la première maladie à être éradiquée au XXIe siècle. Les ministres de la Santé réunis à Genève ont relevé que le succès ou l'échec de la plus grande initiative dans le domaine de la santé publique qui regroupe les gouvernements, OMS, Rotary International, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des Etats-Unis et l'UNICEF, dépend maintenant des autorités des six derniers pays d'endémie.

Les niveaux de transmission actuels de la poliomyélite sont les plus faibles jamais enregistrés en Inde, au Pakistan et en Egypte, ce qui donne à ces gouvernements une très bonne occasion d'interrompre la transmission du virus. Selon les épidémiologistes, la première étape marquante en 2004 en matière d'éradication pourrait bien être franchie par l'Egypte, suivie de près par l'Inde.

Les ministres ont convenu de tout mettre en oeuvre pour vacciner chaque enfant contre la poliomyélite dès le début de 2004, surtout au Nigeria, en Inde et au Pakistan qui, à eux trois, enregistrent plus de 95 % des cas mondiaux. Dans ces trois pays, la transmission du poliovirus se limite à des zones bien déterminées, et surtout à cinq Etats ou provinces (Kano au Nigéria, l'Uttar Pradesh et le Bihar en Inde, et la Province de la frontière du Nord-Ouest et le Sindh au Pakistan) où l'on a observé plus de 75 % des nouveaux cas en 2003.

Pour mettre en oeuvre les plans d'éradication ambitieux présentés par les ministres de la Santé, il faut pouvoir continuer de compter sur la générosité de donateurs publics et privés et rassembler d'urgence 150 millions de dollars supplémentaires pour mener à bien les activités en 2004 et 2005, indique également l'OMS.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.