Année record pour le Programme alimentaire de l'ONU

30 décembre 2003

2003 a battu tous les records pour le Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU qui a distribué cette année des vivres à 110 millions de personnes affamées, le nombre le plus élevé de ses 40 ans d'histoire et qui devrait augmenter encore avec l'action du PAM auprès des victimes du tremblement de terre en Iran.

« Nous sommes fiers de ce que nous avons réalisé mais avons conscience que nous n'avons approvisionné qu'un nombre limité de personnes affamées, la plupart d'entre elles souffrant en silence », indique le directeur exécutif du PAM, James T. Morris, dans un communiqué de l'agence publié aujourd'hui.

C'est en Iraq que l'agence a mené la plus importante des opérations humanitaires qu'elle ait jamais engagée, fournissant jusqu'à 1 000 tonnes de nourriture par heure, 24 heures par jour, sept jours sur sept, malgré les difficultés rencontrées.

Au même moment, elle aidait à nourrir 40 millions de personnes en Afrique où se sont produites en 2003 les pires catastrophes endurées par le continent depuis des décennies.

« Il est tout simplement inacceptable à notre époque que la faim et la malnutrition restent les principales causes de mortalité dans le monde », déclare James Morris. « A l'évidence une seule organisation ne peut faire disparaître la faim dans le monde et il faut plus que l'aide alimentaire pour cela. Nous avons tous, individus, entreprises, organisations non gouvernementales et gouvernements, la grave responsabilité de rejoindre la campagne de lutte contre la faim. »

Selon un rapport récent de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le nombre des personnes souffrant chroniquement de la faim va passer progressivement à 800 millions de personnes après avoir diminué dans les années 90.

Malgré un budget de 4,3 milliards de dollars cette année, abondé par les dons de ses contributeurs parmi lesquels des nouveaux venus comme la Russie et l'Inde, le PAM n'a pu suffire aux besoins et certaines opérations ont dû s'interrompre faute de ressources laissant « d'innocentes victimes » sans aide alimentaire, indique le communiqué.

En Erythrée, les rations distribuées à 300 000 victimes de la sécheresse ont dû être réduites. De l'autre côté du monde, 2, 2 millions de Nord-Coréens ont été privés de leurs rations de céréales, un chiffre qui pourrait passer à 3,8 millions dès le début de 2004, faute de nouveaux engagements de contributions.

Les défis à venir sont souvent liés à l'incertitude politique comme en Afghanistan, en République démocratique du Congo, en Côte d'Ivoire et au Zimbabwe ou même au Soudan où les perspectives de paix, après 30 ans de conflit, laissent entrevoir de nouvelles difficultés lorsque les équipes humanitaires auront accès à des groupes vulnérables jusqu'alors inaccessibles.

L'année 2003 a démontre que le VIH/sida n'est pas seulement l'une des principales causes de la faim mais que la faim elle-même accélère à la fois la propagation de la maladie et sa mortalité. Le PAM a plus que jamais l'intention d'inclure la prévention et l'atténuation du VIH/sida dans ses programmes d'urgence, indique le communiqué.

L'agence a souhaité élargir ses alliances et la portée de son message en recherchant le soutien de personnalités, notamment dans le domaine du sport ou encore d'entreprises telles que Benetton, TPG, une entreprise néerlandaise spécialisée dans la logistique et en s'associant avec la Coupe du monde de rugby en Australie qui a été suivie par 3,5 milliards de téléspectateurs.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.