L'ONU a besoin de fonds pour les victimes du tremblement de terre en Iran

30 décembre 2003

Alors que les dernières estimations évaluent à 30 000 le nombre des morts et qu'elles ne cessent d'augmenter, les besoins en liquidités sont importants, indiquent les agences humanitaires de l'ONU qui ont pour leur part prélevé 500 000 dollars sur leurs fonds de secours d'urgence pour venir en aide aux victimes du tremblement de terre en Iran.

« Les liquidités nous font gravement défaut », a déclaré ce matin, lors d'une conférence de presse à Genève, Rashid Khalikov, directeur adjoint du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA).

Le nombre des personnes tuées par le tremblement de terre qui a touché, le 26 décembre, la ville iranienne de Bam et ses environs, est actuellement estimé à 20 000. Trente mille habitants ont été blessés, 70 000 sont sans abri et 40 000 d'entre eux vivent dans la rue. Le bilan final pourrait atteindre 50 000 victimes.

Le directeur adjoint d'OCHA a indiqué que l'ONU assurait la coordination de 34 équipes de recherches et des secours, venues de 30 pays.

L'organisation travaille par ailleurs avec le gouvernement pour identifier les besoins à venir tels que des tentes, des bâches en plastique ou encore des systèmes de chauffage indispensables en raison des températures glaciales.

L'UNICEF (le Fonds des Nations Unies pour l'enfance) a lancé aujourd'hui un appel aux donateurs, indiquant que les besoins pour venir en aide aux enfants ayant survécu au tremblement de terre s'élevaient à 990 000 dollars.

« Des dizaines de milliers d'enfants ont vu leur monde s'écrouler autour d'eux ; leurs besoins sont importants et urgents », a déclaré la directrice exécutive de l'UNICEF, Carol Bellamy.

De son côté, le Représentant spécial du Secrétaire général pour les personnes déplacées à l´intérieur d´un territoire, Francis Deng, a appelé tous ceux qui étaient concernés et en particulier la communauté internationale à répondre généreusement aux besoins des survivants de ce désastre.

Compte tenu du fait que 90% des maisons sont estimées avoir été détruite dans le sinistre, il a insisté pour qu'au-delà des secours d'urgences, le soutien à l'Iran se manifeste sur le long terme afin de pourvoir aux besoins des personnes déplacées, en leur fournissant un abri durable, une éducation, des moyens de gagner leur vie et de reconstruire finalement leurs communautés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.