"Trois millions d'ici à 2005" : deux agences de l'ONU lancent un nouveau plan de lutte contre le sida

1 décembre 2003

« Trois millions d'ici à 2005 », c'est le nom donné à l'opération, lancée conjointement par l'OMS, l'agence de l'ONU pour la santé, et l'ONUSIDA, l'agence de l'ONU de lutte contre le sida, qui visent à fournir un traitement antirétroviral à 3 millions de personnes vivant avec le SIDA dans les pays en développement et les pays en transition d'ici la fin de 2005.

L'ONUSIDA ayant annoncé la semaine dernière que 40 millions de personnes dans le monde étaient infectées par le VIH et que rien n'indiquait que l'épidémie mondiale soit sur le déclin, l'OMS estimant pour sa part que six millions de personnes dans le monde avaient un besoin immédiat d'un traitement, les deux agences se sont fixées une stratégie commune ayant pour objectif de fournir un traitement à la moitié d'entre elles au cours des deux prochaines années.

Cette stratégie privilégie un accès rapide au traitement antirétroviral. Les sujets bénéficiant d'un traitement efficace risquent aussi d'être moins infectieux et de propager moins facilement le virus, indique un communiqué commun OMS/ONUSIDA paru aujourd'hui. De bons programmes de traitement inciteront davantage de gens à se soumettre à un test de dépistage. Le traitement peut donc contribuer à une accélération rapide de la prévention.

Pour le Directeur exécutif de l'ONUSIDA, le docteur Peter Piot, « l'accès insuffisant au traitement constitue une véritable situation d'urgence mondiale. Nous croyons fermement que nous n'avons aucune chance de freiner l'épidémie si nous n'arrivons pas à étendre de façon spectaculaire l'accès au traitement. Le traitement et la prévention sont les deux piliers d'une stratégie efficace contre le SIDA. »

Pour cela, les deux agences entendent proposer des outils simplifiés et standardisés d'accès au traitement antirétroviral et apporter un nouveau service assurant un approvisionnement efficace et fiable en médicaments et produits d'aide au diagnostic.

C'est ainsi que le nombre des schémas thérapeutiques recommandés par l'OMS a été ramené de 35 à 4. Par ailleurs un Service mondial de médicaments et de produits d'aide au diagnostic concernant le SIDA (SMPS) sera mis en place et permettra aux pays pauvres d'avoir accès à des médicaments et des produits d'aide au diagnostic de qualité aux prix les plus favorables. Le Service, dont les opérations seront assurées par l'OMS, l'UNICEF et d'autres partenaires, aidera les pays à prévoir et gérer l'approvisionnement et la fourniture des produits nécessaires au traitement et au suivi du SIDA.

Le plan « trois millions d'ici 2005 » devra disposer de fonds supplémentaire considérables provenant de toutes les sources possibles – pays, gouvernements donateurs et organismes multilatéraux de financement, indique le communiqué. L'OMS a estimé que le financement nécessaire au cours des deux prochaines années atteint quelque 5,5 milliards de dollars.

« Nous savons ce que nous devons faire, mais ce qu'il nous faut maintenant d'urgence, ce sont les ressources pour mener l'initiative à bien », a déclaré le docteur Lee Jong-wook, directeur général de l'OMS. « Il ne faut pas perdre de temps pour mettre sur pied immédiatement des alliances solides permettant d'appliquer cette stratégie. Trois millions de personnes comptent sur nous. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.