Le ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord expose le point de vue de son pays sur les tensions actuelles

30 septembre 2003

La déclaration à la tribune de l'Assemblée générale du ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord, a été l'occasion d'entendre le point de vue d'un des protagonistes de la crise dans la péninsule coréenne tandis que la menace terroriste continuait à susciter des prises de position de la part des autres chefs d'Etat, de gouvernement et des ministres qui prenaient part à cette sixième journée de débat général.

La déclaration à la tribune de l'Assemblée générale du ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord, a été l'occasion d'entendre le point de vue d'un des protagonistes de la crise dans la péninsule coréenne tandis que la menace terroriste continuait à susciter des prises de position de la part des autres chefs d'Etat, de gouvernement et des ministres qui prenaient part à cette sixième journée de débat général.

Dénonçant le fait que des pays aient été désignés comme appartenant à « un axe du mal » et comme « les cibles d'attaques nucléaires préemptives », le Vice-ministre des Affaires étrangères de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) (en anglais), Choe Su Hon, a appelé l'ONU à rejeter l'unilatéralisme et à édifier un monde où tous les pays coexisteraient pacifiquement.

Revenant sur l'historique des tensions existant entre son pays et les Etats-Unis, le ministre a rappelé que lors des pourparlers de Beijing, son pays avait proposé que les Etats-Unis passent un pacte de non agression avec la RPDC et que les deux parties normalisent leurs relations en échange de l'abandon du programme nucléaire nord-coréen.

« Les Etats-Unis ont agi imprudemment en affirmant qu'un traité de non-agression n'était ni approprié ni nécessaire. » Ils « ont été jusqu'à insister pour que la RPDC règle tout un ensemble de questions telles que celles de missiles, des armes conventionnelles, des droits de l'homme. Autrement dit la position des Etats-Unis est qu'ils ne discuteront de leurs mesures qu'une fois que la RPDC ait mené d'abord toutes ces actions », a-t-il ajouté.

« La RPDC a été amené à ne plus porter d'intérêt à ces pourparlers et à ne plus rien en attendre », a poursuivi le ministre qui a par ailleurs jugé nécessaire de « démocratiser » l'ONU en renforçant l'Assemblée générale et en réformant le Conseil de sécurité.

Le Premier Ministre des affaires étrangères de la République démocratique populaire du Lao (en anglais) a pour sa part exprimé l'espoir que le dialogue engagé à Beijing se poursuive et aboutisse à une dénucléarisation de la péninsule coréenne et « apporterait la sécurité dans l'Asie du Nord-Est. »

La menace terroriste a été un autre des thèmes de cette journée de débat, abordé aussi bien par le Président du Tadjikistan (en anglais), que par le Premier ministre de la Bulgarie, les ministres des Affaires étrangères de l'Uruguay (en espagnol), de la Thaïlande (en anglais), d'Ouzbékistan ou encore le Président de la Colombie (en espagnol) pour lequel terrorisme, violence et drogue sont étroitement liés. Expliquant que son pays avait enregistré 1 485 enlèvements en neuf mois, que les assassinats d'autochtones, 75 cette année au lieu de 72 l'année passée, étaient en augmentation et que 30 000 personnes avaient été identifiées comme appartenant à des organisations terroristes, il a imploré la communauté internationale de ne pas donner l'asile à des terroristes colombiens et d'aider son gouvernement à confisquer leurs avoirs.

Ont également pris part au débat la Vice-Présidente et Ministre de la santé de la République des Palaos (en anglais), les ministres des Affaires étrangères de la Norvège (en anglais) et de Brunéi Darussalam (en anglais), le ministre de la Justice et ministre des Affaires étrangères et de la Coopération de Belize (en anglais), le ministre des Affaires étrangères du Bhoutan (en anglais), le ministre des Affaires étrangères et de l'Intégration africaine du Tchad, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du Togo, le ministre des Affaires étrangères de < a href="http://www.un.org/webcast/ga/58/statements/namieng030930.htm">Namibie (en anglais), le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Cambodge (en anglais), le Secrétaire d'Etat des Affaires étrangères de la République dominicaine (en espagnol), le ministre des Affaires étrangères de Sao Tomé-et-Principe (en anglais), le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Malawi (en anglais) et le chef de la délégation des îles Marshall (en anglais).

image Retransmission du débat*

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.