Iraq : l'ONU poursuit ses efforts d'assistance politique

31 juillet 2003

Alors que l'insécurité continue à poser problème en Iraq, l'ONU continue ses initiatives au plan politique, que ce soit dans le domaine des droits de l'homme, des élections ou de la rédaction de la constitution.

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Iraq, Sergio Vieira de Mello, s'adressant hier, pour la première fois, au Conseil de gouvernement iraquien, a mis en avant les domaines dans lesquels l'ONU pouvait apporter une assistance politique dans le cadre de son mandat actuel. Ceux-ci incluent l'élaboration d'une nouvelle constitution ou la mise en place d'institutions sur les droits de l'homme, des secteurs dans lesquels l'ONU a accumulé une vaste expérience.

Une équipe du Département des affaires politiques de l'ONU devrait arriver prochainement en Iraq pour étudier avec M. Vieira de Mello, l'Autorité provisoire de la coalition dirigée par les Etats-Unis et le Conseil de gouvernement iraquien sur la nature de l'aide qui pourrait être apportée que ce soit pour l'établissement des listes électorales ou l'inscription des parties politiques, a indiqué aujourd'hui un porte-parole de l'ONU à Bagdad.

Dans le cadre de ses entretiens avec les responsables politiques des pays voisins de l'Iraq, Sergio Vieira de Mello quittera Bagdad samedi pour le Koweït et l'Iraq. Ce voyage s'inscrit dans le prolongement des visites qu'il a précédemment effectuées en Syrie, en Iran et en Arabie saoudite.

En ce qui concerne la situation dans le pays, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) évoque une tension persistante entretenue par l'augmentation des attaques contre les forces de la coalition, le détournement de camions humanitaires et la fermeture aux transports humanitaires de deux routes du sud de Bagdad depuis le 22 juillet.

La porte-parole à Bagdad du Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU précise qu'un tronçon routier, au sud de Nassariyah, est particulièrement peu sûr et que 18 camions affrétés par le PAM y ont été volés puis revendus pour 6 000 dollars l'unité. « Ces incidents n'affectent pas nos efforts mais nous préoccupent et pourraient dissuader les transporteurs d'envoyer d'autres camions dans ces secteurs à problèmes », a-t-elle souligné.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.