Le Conseil de sécurité en consultation sur l'envoi d'une force multinationale au Libéria

30 juin 2003

Le Conseil de sécurité tient cet après midi des consultations à huis clos sur le Libéria après que Kofi Annan lui ait demandé d'autoriser le déploiement d'une Force multinationale pour parer au risque d'une catastrophe humanitaire à grand échelle que fait courir la reprise de combats extrêmement violents à Monrovia.

« Si la situation nous échappe totalement, les conséquences peuvent être terribles, non seulement pour le Libéria mais pour les pays voisins, la Sierra Leone et la Côte d'Ivoire », prévenait Kofi Annan dans une lettre adressée samedi au Conseil.

A Genève où il assistait à la session annuelle du Conseil économique et social (ECOSOC), le Secrétaire général a indiqué (en anglais) à des journalistes que « les ressources et les capacités existaient ; tout ce qu'il fallait maintenant était la volonté politique de faire face à ces violations brutales des droits de l'homme, cette situation humanitaire tragique. »

« Nous avons vu dans un passé récent le Royaume-Uni travailler avec les Africains de l'Ouest et l'ONU à rétablir le calme en Sierra-Leone, les Français prendre la tête d'une force multinationale au Congo et apporter leur aide à la Côte d'Ivoire. De la même façon, il y a une très forte attente pour que les États-Unis prennent la tête de la force » au Libéria, a déclaré Kofi Annan.

« Bien sûr cela relève de leur décision souveraine mais tous les yeux sont tournés vers eux » , a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.