Aide alimentaire : l'ONU sollicite le soutien des pays d'Asie à fort potentiel économique

Aide alimentaire : l'ONU sollicite le soutien des pays d'Asie à fort potentiel économique

M. James T. Morris
Au cours de sa première visite officielle en Thaïlande, le chef du Programme alimentaire de l'ONU a souhaité que l'Asie du Sud-Est utilise son potentiel économique pour appuyer les efforts d'aide alimentaire de l'ONU dans la région.

Le Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), James Morris, en visite en Thaïlande a fait valoir que l'Asie du Sud-Est avait le potentiel économique de produire le plus grand nombre de « donateurs émergeants » susceptibles de soutenir le PAM dans ses efforts pour faire face aux problèmes posés par la faim et la pauvreté.

« Nous avons besoin que les pays de la région travaillent avec nous à soulager les crises de la région », a déclaré M. Morris qui a souligné que la Thaïlande qui a fourni 3 000 tonnes de riz en 2001 pour répondre à une situation d'urgence en Afghanistan, faisait partie des nouveaux pays ayant apporté leurs concours au PAM.

Au nombre des nouveaux pays donateurs, il a cité l'Inde qui a donné, l'an dernier, 40 000 tonnes de blé sur le million de tonnes qu'elle s'est engagée à fournir ainsi que la Chine qui donne au PAM plus de 3 millions de dollars par an dont 1,25 million de dollars en liquide.

Le chef du PAM a également mis en avant les problèmes colossaux de l'Asie, notamment les niveaux élevés de malnutrition, le taux vertigineux de propagation du sida ou ses catastrophes naturelles qui sont, a-t-il dit, à l'échelle de son fort potentiel économique.

La malnutrition des enfants en Asie du Sud et du Sud-Est est une des grandes priorités du PAM, indique l'agence qui précise que deux tiers des enfants d'un poids insuffisant se trouvent en Asie.

M. Morris qui doit rencontrer à Bangkok le Premier ministre de Thaïlande et d'autres membres du gouvernement, avait auparavant fait une étape au Cambodge. Il y avait rencontré le Premier ministre Hun Sen avec lequel il avait discuté du rôle crucial du gouvernement dans l'amélioration des secteurs de l'agriculture, de l'éducation et de la santé dans le pays.