Le Conseil de sécurité alerté sur les exactions contre les civils au Libéria et en RDC

20 juin 2003

Les épreuves du peuple iraquien ne doivent pas faire oublier que le sort des civils pris dans les conflits reste un grave problème ailleurs dans le monde, a souligné ce matin un haut responsable de l'ONU pour les affaires humanitaires qui a insisté auprès du Conseil de sécurité pour que soit pris en compte la situation au Libéria et en République démocratique du Congo (RDC) où des actes atroces sont perpétrés à très grande échelle à l'encontre de civils.

Dans le tableau qu'il a dressé pour le Conseil de sécurité ce matin des situations de crise dans le monde affectant les civils, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, Kenzo Oshima, a particulièrement insisté sur la situation humanitaire au Libéria.

« Des exactions sont signalées de toute part. 70 000 personnes déplacées environ sont concentrées dans le centre de Monrovia dans des conditions déplorables. La plupart du personnel international ayant quitté le pays, le système humanitaire ne peut plus répondre à la spirale des besoins. Une intervention internationale immédiate est nécessaire », a-t-il déclaré.

Autre région du monde désignée par M. Oshima comme étant actuellement le théâtre d'exactions généralisées, l'Ituri en RDC et d'autres secteurs de l'Est du pays. Evoquant notamment le « recours répandu au viol et atrocités diverses qui sont perpétrées contre des femmes et des petites filles et utilisées comme des armes de guerre », il a demandé au Conseil de sécurité de faire procéder à une enquête approfondie.

Insistant sur le fait que le désarmement des combattants - et parmi eux, des milliers d'enfants soldats de la RDC - est le préalable à la protection de la population civile, il a instamment demandé au Conseil d'étudier sérieusement des mesures de désarmement plus volontaristes qui permettraient de protéger les civils de la RDC.

M. Oshima a rappelé qu'au cours des derniers mois, le personnel humanitaire avait été l'objet « d'attaques épouvantables » au Libéria, en Côte d'Ivoire, dans les territoires palestiniens occupés, en Tchétchénie, en Afghanistan, en RDC, en Somalie et au Soudan. Il a demandé à la Mission du Conseil de sécurité qui va se rendre en Afrique de l'Ouest de réclamer le retour en bonne santé des employés de l'ONU et d'autres organisations non gouvernementales (ONG) disparues au Libéria.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.