Le Conseil de sécurité préoccupé par la situation en Ituri au Congo

5 mai 2003

Les membres du Conseil de sécurité se sont dits préoccupés par la situation dans la région de l'Ituri en République démocratique du Congo (RDC) et ont lancé un appel à toutes les parties au conflit pour qu'elles cessent tout ce qui pourrait compromettre le fragile plan pour un cessez-le-feu dans la région.

Les membres du Conseil de sécurité se sont dits préoccupés par la situation dans la région de l'Ituri en République démocratique du Congo (RDC) et ont lancé un appel à toutes les parties au conflit pour qu'elles cessent tout ce qui pourrait compromettre le fragile plan pour un cessez-le-feu dans la région.

Les membres du Conseil ont « exhorté toutes les parties congolaises et tous les Etats dans la région à soutenir le processus initié par la Commission de pacification de l'Ituri et à éviter toute activité qui pourrait compromettre ce processus, » a indiqué le Président du Conseil, Munir Akram, dans une déclaration à la presse. « Ils ont réaffirmé que l'Ouganda doit tenir son engagement de retirer ses forces de la région de l'Ituri. »

Saluant les efforts fournis par la Mission d'organisation en DRC (MONUC) dans la région et exprimant son total soutien à son égard, les membres du Conseil ont condamné « dans les termes les plus vifs » toutes les menaces et les harcèlements dirigés vers le personnel de la MONUC sur le terrain, a déclaré le Président du Conseil.

Ils ont également exprimé leurs condoléances à propos des morts des citoyens russes et chinois membres du personnel de la MONUC et à l'égard du membre roumanien de la Mission qui a été blessé.

Dénonçant la violence qui s'est produite récemment dans les Kivus, les membres du Conseil ont demandé que de tels actes cessent immédiatement. Ils ont souligné que « des actions telles que le soutien aux milices armées ou l'encouragement des tensions ethniques ne sont pas compatibles avec les efforts visant à l'unification et à la réconciliation. »

En outre, les membres du Conseil ont réaffirmé que les dirigeants de toutes les factions armées devaient être tenus personnellement responsables pour les violations des droits de l'hommes commises dans l'Ituri et dans toutes les autres régions de la DRC. Ils se sont également félicité des progrès réalisés dans la mise en place d'un gouvernement de transition.

« Les membres du Conseil ont pris note de la nécessité de tenir compte de ces questions urgentes lors de sa prochaine mission dans la région, » a déclaré M. Akram.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.