Le Conseil de sécurité annonce son intention d'élargir le champ des sanctions contre le Libéria

5 mai 2003

Exprimant ses « vives préoccupations" à l"égard de la détérioration de la situation au Libéria et de ses effets sur la sous-région ouest-africaine, le Conseil de sécurité a exprimé aujourd"hui son intention de reconduire pendant 12 mois les sanctions imposées à Monrovia et d"y inclure une interdiction des importations de bois de charpente.

Le Président du Conseil de sécurité, Munir Akram du Pakistan, a fait part de cette intention dans une déclaration à la presse qui a suivi une réunion du Conseil pendant laquelle il a étudié la situation au Libéria et le rapport de son groupe d'experts après une mission de trois mois en Afrique de l'Ouest où il était chargé d'enquêter sur l'application des sanctions à l'encontre du Libéria.

Les membres du Conseil ont demandé aujourd'hui au gouvernement du Libéria, aux membres des Libériens pour la réconciliation et la démocratie (LURD) ainsi qu'à tous les groupes rebelles armés d'engager des pourparlers en vue d'un cessez-le-feu sans conditions préalables et de laisser le libre accès aux agences humanitaires, a indiqué le Président du Conseil.

« Les membres du Conseil ont regretté que le gouvernement du Libéria ne se soit pas conformé aux demandes du Conseil formulées dans la résolution 1343 », a-t-il déclaré, ajoutant qu'ils attendaient avec impatience le jour où toutes les exigences figurant dans cette résolution seraient satisfaites et où le Libéria ne serait plus soumis à des sanctions.

« Les membres du conseil espèrent que leur mission en Afrique de l"Ouest, ce mois-ci, fournira de nouvelles occasions de faire progresser la paix et la sécurité dans la région », a indiqué M. Akram.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.