Retour de milliers de réfugiés en Côte d'Ivoire selon le HCR

10 avril 2003

Selon les dernières informations communiquées par l'agence de l'ONU pour les réfugiés (HCR), quelque 95 000 personnes qui s'étaient réfugiées au Libéria pour fuir la crise ivoirienne, ont traversé la frontière en sens inverse après que des combats de plus en plus violents se soient produits dans la région où elles avaient trouvé refuge.

Pour le Haut Commissaire de l'ONU pour les réfugiés, il s'agit de populations "prises entre le marteau et l'enclume". Une "équipe de protection", envoyée par le HCR dans la zone frontière entre le Libéria et la Côte d'Ivoire indique que c'est à la fois la recrudescence de la violence et la pénurie de nourriture qui poussent ces réfugiés, des Ivoiriens, des Libériens mais aussi des Burbinabés et des Maliens, à regagner la Côte d'Ivoire. "Il n'y a plus rien à manger nulle part au Libéria" selon le témoignage d'une réfugiée de 26 ans qui a marché pendant 3 jours avec sa fille de 4 ans, en se nourrissant exclusivement de bananes sauvages, pour revenir en Côte d'Ivoire.

Or le HCR décrit une situation également très difficile en Côte d'Ivoire où il essaie de trouver un hébergement pour les 35 000 Libériens qui s'y trouvent et que les forces armées rebelles et gouvernementales essaient d'enrôler.

Bien que le HCR et d'autres agences aient dû retirer leurs équipes de la zone frontalière ivoiro-libérienne en raison de la reprise des combats, des contacts sont en cours avec le gouvernement libérien pour trouver un moyen d'accès aux populations en détresse.

Au même moment, près de la frontière guinéenne, une nouvelle faction, le Mouvement pour la démocratie au Libéria, a lancé des attaques qui ont entraîné le déplacement de milliers de civils.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.