L´ONU encouragée par les progrès accomplis dans le processus de paix en Côte d´Ivoire

13 août 2003

Tout en reconnaissant que le processus de paix ivoirien a progressé de façon encourageante durant les six derniers mois, le Secrétaire général des Nations Unies précise qu´il reste encore un long chemin à parcourir pour que le nouveau Gouvernement puisse réaliser le programme de travail qu´il a élaboré.

Le premier rapport du Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, sur la Mission de l´ONU en Côte d´Ivoire, qui a été rendu public aujourd´hui, évalue la situation en matière de sécurité et la situation humanitaire dans le pays et rend compte des mesures prises par le Gouvernement de réconciliation nationale pour appliquer pleinement l´Accord de Linas-Marcoussis, signé en janvier 2003. Ledit Accord prévoit un partage du pouvoir entre le Gouvernement, les rebelles et l´opposition politique ivoirienne dans un gouvernement de transition jusqu´à la tenu d´élections libres et régulières en octobre 2005.

Le Secrétaire général s´est félicité de la mise en place du Gouvernement de réconciliation nationale tout en reconnaissant que celui-ci restait incomplet et souvent en proie à des dissensions. « Il faudra résoudre ces contradictions pour que s´instaure un climat tel que l´Assemblée nationale puisse débattre de façon constructive des questions cruciales inscrites au programme de travail du Gouvernement », a-t-il précisé.

Evoquant les tensions qui persistent entre les signataires de l´Accord de Marcoussis, Kofi Annan a demandé à ce que les chefs des Forces nouvelles, qui sont maintenant représentées dans le nouveau Gouvernement, mettent fin à leur emprise sur le Nord du pays pour permettre le rétablissement de l´autorité de l´Etat sur l´ensemble du territoire de la Côte d´Ivoire. Il a également exhorté le Front populaire ivoirien et les autorités ivoiriennes chargées du maintien de l´ordre à réprimer les activités des milices, des bandes et des individus qui tentent de compromettre le processus de paix.

Le Secrétaire général a reconnu que la présence des forces déployées par la France et la Communauté économique des Etats d´Afrique de l´Ouest (CEDEAO) demeurait indispensable au maintien dans le pays d´une stabilité encore précaire et a exhorté les Etats Membres de l´ONU à apporter d´urgence à ces forces le soutien financier dont elles ont besoin.

Le rapport fait état de la progression satisfaisante du déploiement du personnel civil et militaire de la Mission de l´ONU en Côte d´Ivoire (MINUCI), créée par le Conseil de sécurité en mai dernier, et indique que les activités de suivi et de liaison entreprises par la Mission complètent les opérations de maintien de la paix menées par les forces françaises et de la CEDEAO. La MINUCI se prépare actuellement à aider à la mise en oeuvre du programme de désarmement, de démobilisation et de réinsertion.

Le Secrétaire général a fait également part de ses vives préoccupations en ce qui concerne la crise humanitaire consécutive au conflit et l´effondrement de l´économie ivoirienne, qui touche toute la sous-région de l´Afrique de l´Ouest, et a exhorté la communauté internationale à continuer à aider la Côte d´Ivoire. Il a également demandé au Gouvernement de réconciliation nationale et à toutes les parties ivoiriennes de prendre les mesures nécessaires pour créer un climat de sécurité permettant d´acheminer l´aide humanitaire et de redonner confiance à ses partenaires dans les perspectives d´une relance économique.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.