Des statistiques de l'ONU révèlent l'ampleur de la crise économique en territoire palestinien

29 août 2002

En révélant les premières statistiques économiques internationales à paraître depuis la réoccupation de la Cisjordanie par Israël (plus tôt cette année), un représentant de l'ONU a affirmé aujourd'hui que la crise économique à Gaza et en Cisjordanie risquait fort de se transformer en catastrophe humanitaire, en raison des taux élevés de pauvreté et de chômage, et des pertes importantes de revenus subies par les Palestiniens.

En révélant les premières statistiques économiques internationales à paraître depuis la réoccupation de la Cisjordanie par Israël (plus tôt cette année), un représentant de l'ONU a indiqué que la crise économique à Gaza et en Cisjordanie risquait fort de se transformer en catastrophe humanitaire, en raison des taux élevés de pauvreté et de chômage, et des pertes importantes de revenus subies par les Palestiniens.

Le coordinateur de l'ONU pour la paix au Moyen-Orient, Terje Roed-Larsen, a annoncé que le taux de chômage en Cisjordanie s'élevait à environ 64 pour cent, après les périodes de couvre-feu, et à presque 50 pour cent dans la bande de Gaza. Quant au seuil de pauvreté, estimé sur la base de deux dollars américains par jour, il atteint 70 pour cent dans la bande de Gaza et 55 pour cent en Cisjordanie.

Le coordinateur de l'ONU a également indiqué que les pertes de revenus des Palestiniens s'élevaient à 7,6 millions de dollars américains par jour, soit une perte totale de près de 3,3 milliards de dollars américains depuis octobre 2000.

Ces statistiques sont tirées d'un rapport de l'ONU intitulé “La performance de l'économie palestinienne pendant les deux premiers trimestres de l'année 2002”, qui sera publié le mois prochain. En révélant certains chiffres du rapport, en conférence de presse à Jérusalem, M. Roed-Larsen a souligné que la société palestinienne souffrait énormément en raison des mesures d'exception imposées par Israël à la suite des opérations militaires du printemps dernier. “Les Palestiniens de la bande de Gaza et de Cisjordanie n'ont plus d'argent et ils n'ont pas non plus les moyens de travailler pour en gagner”, dit-il.

M. Roed-Larsen a catégoriquement condamné les attaques terroristes perpétrées par des groupes palestiniens, qui ont provoqué les actions d'Israël. Il a également réaffirmé le droit légitime de ce pays de se défendre.

Cependant, face à l'aggravation des conditions humanitaires en territoire palestinien, le coordinateur de l'ONU a demandé à Israël de lever les restrictions à la circulation des Palestiniens, des mesures qui “ne renforcent pas la sécurité”, estime-t-il.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) (en anglais) de l'ONU compte par ailleurs fournir une aide alimentaire supplémentaire aux Palestiniens, gravement touchés par la crise économique, en plus de l'assistance que l'Office de secours et de travaux de l'ONU pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA) (en anglais), a continué de dispenser depuis octobre 2000.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.