Un représentant de l'ONU presse le Mexique d'aider davantage les personnes déplacées

29 août 2002

À l'issue d'une mission de 10 jours au Mexique, un représentant de l'ONU a invité les autorités de ce pays à intensifier ses efforts pour protéger et aider les personnes déplacées, ainsi que pour trouver des solutions aux problèmes de l'État du Chiapas, d'où elles originent pour la plupart.

Le Représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour les personnes déplacées, Francis Deng, a pu évaluer la situation préoccupante des déplacés mexicains, à l'invitation des autorités de ce pays. Selon un communiqué (en anglais) du Haut Commissariat de l'ONU pour les droits de l'homme, M. Deng a tenu à saluer la volonté du Gouvernement d'assister les personnes déplacées du Chiapas. Il s'est félicité de la mise en place par le Mexique d'une équipe spéciale pour s'occuper de ce problème. Le représentant a toutefois émis le souhait que des efforts supplémentaires soient déployés pour résoudre les problèmes du Chiapas et aplanir les désaccords.

D'autres États mexicains, comme l'Oaxaca, le Tabasco et le Sinaloa, ont généré des déplacements de populations au cours des décennies, pour diverses raisons. Or, souligne M. Deng, le problème actuel se concentre au Chiapas, suite à l'insurrection zapatiste de 1994 et des opérations militaires et paramilitaires qui l'ont suivie. À cet égard, il rappelle que ces événements ont donné lieu à du harcèlement et à des actes d'intimidation, impliquant notamment des civils armés et des trafiquants, à des démonstrations d'intolérance religieuse et à des différends sur l'occupation des terres. Le communiqué mentionne par ailleurs qu'une partie du Chiapas demeure sous le contrôle des forces zapatistes, qui refusent toute aide de la part du Gouvernement mexicain.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.