Crise en Afrique australe: Gro Harlem Bruntland croit que 300 000 vies pourraient être épargnées

28 août 2002

La directrice de l'Organisation mondiale de la santé, Gro Harlem Bruntland, fait appel à la générosité des pays donateurs pour réagir rapidement à la crise humanitaire actuelle en Afrique australe. Selon elle, jusqu'à 300 000 personnes additionnelles pourraient succomber de causes évitables au cours des six prochains mois si l'on n'aide pas les plus vulnérables à survivre.

La directrice de l'OMS prenait la parole hier devant les ministres de la Santé de dix pays d'Afrique australe, réunis à Harare (Zimbabwe) pour examiner la capacité de réponse de leurs systèmes de santé à la crise alimentaire aiguë et de grande envergure qui les affecte.

Mme Bruntland a rappelé que cette crise touchait au moins 14 millions de personnes, en Zambie, au Lesotho, au Zimbabwe, au Swaziland et dans certaines parties du Mozambique.

"La survie des gens et le développement durable sont en jeu. Nos actions d'aujourd'hui ouvrent la possibilité de sauver des centaines de milliers de vies, en plus de façonner l'avenir de cette sous-région", a déclaré Mme Brundtland.

Elle a expliqué que les famines ont des conséquences graves sur la santé: "La solution (à la famine) réside dans les approvisionnements en vivres mais, pour être efficace, l'aide alimentaire doit absolument être associée à des services de santé. Les personnes affaibliees par la faim peuvent survivre en recevant les traitements dont elles ont besoin pour des maladies qui, autrement, leur coûteraient la vie", d'indiquer la directrice de l'OMS.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.