3e jour du Sommet de Johannesburg: Percée importante sur la reconstitution des stocks de poissons

28 août 2002

Les délégués du Sommet mondial sur le développement durable, à Johannesburg, se sont entendus sur une clause proposant de rétablir dans les océans d'ici 2015 les stocks de poissons qui ont beaucoup diminué au cours des années. Le texte de l'accord intervenu la nuit dernière reconnaît la gravité de la situation en ce domaine et le besoin urgent d'y remédier.

Selon un communiqué (en anglais) de l'ONU publié à Johannesburg, cette percée comporte un engagement des pays à gérer les pêcheries de façon responsable. Des études de l'ONU avaient notamment démontré que la pression de pêche atteignait ou dépassait le seuil de renouvellement des stocks dans les trois quarts des cas.

“Cet accord nous fournit un argument crucial pour que les gouvernements agissent”, a déclaré aujourd'hui le secrétaire général du Sommet, Nitin Desai. “La surpêche ne peut plus continuer. L'épuisement des ressources halieutiques constitue une menace importante pour l'approvisionnement en nourriture de millions de gens. L'accord (conclu) reconnaît la nécessité d'une action coordonnée entre les gouvernements, afin de pouvoir satisfaire les besoins actuels et futurs des populations”, d'ajouter M. Desai.

L'accord invite en outre les gouvernements à ratifier la Convention de l'ONU sur le Droit de la mer et d'autres instruments juridiques internationaux touchant la sécurité maritime, la pollution marine et les dommages causés à l'environnement par les navires.

Par ailleurs, à New York, un porte-parole (en anglais) de l'ONU a révélé que d'autres progrès importants ont été enregistrés dans les négociations de Johannesburg, sur les questions financières, dont les textes définitifs auraient déjà été approuvés à 99 pour cent, et dans la section consacrée au commerce, finalisée à 80 pour cent environ. Dans l'ensemble, 88 pour cent du document final qui sera adopté à l'issue du Sommet, le 4 septembre, aurait déjà fait l'objet d'une entente.

Parmi les points qui restent cependant à régler figurent la disparition des subsides agricoles et la question de la mondialisation, du moins pour ce qui est de qualifier ses effets, selon le même représentant.

En plénière, les délégués du Sommet ont reconnu que la fourniture d'eau potable et de services d'assainissement à plus d'un milliard de personnes constituera l'un des principaux défis de l'humanité au cours des dix prochaines années.

Par ailleurs, lors d'un débat interactif sur l'énergie, plusieurs délégations ont plaidé en faveur d'un accroissement de la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique mondiale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.