La Mission de l'ONU en Afghanistan avait révélé le printemps dernier l'existence d'un charnier

20 août 2002

Après la publication récente par des médias internationaux d'articles relatifs à une fosse commune, soupçonnée de contenir les corps de talibans morts l'automne dernier, la Mission d'aide de l'ONU à l'Afghanistan (MANUA) a rappelé avoir effectué en mai dernier, avec le Haut Commissariat de l'ONU pour les droits de l'homme, une enquête médico-légale préliminaire sur le site en question. La Mission avait alors publiquement confirmé l'existence d'un grand charnier d'origine récente.

Après la publication récente par des médias internationaux d'articles relatifs à une fosse commune soupçonnée de contenir les corps de talibans morts l'automne dernier, la Mission d'aide de l'ONU à l'Afghanistan (MANUA) a rappelé avoir effectué en mai dernier, avec le Haut Commissariat de l'ONU pour les droits de l'homme, une enquête médico-légale préliminaire sur le site en question. La Mission avait alors publiquement confirmé l'existence d'un grand charnier d'origine récente.

Dans une déclaration faite aujourd'hui, un porte-parole de la Mission de l'ONU en Afghanistan précise que l'équipe médico-légale avait procédé à l'autopsie de trois corps, sur le site de Dasht-e-Leily, près de Shebergan, au nord de l'Afghanistan. Ces autopsies avaient révélé que la mort de ces hommes pourrait être attribuée à l'asphyxie.

Comme de telles conclusions nécessitaient la tenue d'une enquête approfondie, la MANUA et le Haut Commissariat pour les droits de l'homme ont appuyé la recommandation de l'équipe médico-légale préconisant d'effectuer des fouilles plus complètes, mais seulement après la mise en place d'arrangements garantissant une protection efficace des témoins.

La déclaration de la MANUA souligne que la Commission indépendante afghane sur les droits de l'homme, récemment créée, envisage de tenir une consultation nationale pour développer une stratégie en matière de justice de transition. Celle-ci pourrait prendre la forme de tribunaux, d'une commission de la vérité, etc.

La déclaration de la MANUA signale en outre que la Commission afghane sur les droits de l'homme a recommandé aux autorités du pays d'assurer une protection adéquate du site du charnier. Celui-ci est d'ailleurs régulièrement visité par le bureau régional de la MANUA, pour assurer qu'il ne soit pas “altéré par des activités humaines délibérées”.

La MANUA rappelle par ailleurs que les autorités afghanes se sont engagées à améliorer le respect des droits de l'homme et de la justice, à combattre l'impunité et à promouvoir la réconciliation nationale. La Mission de l'ONU s'engage pour sa part à continuer de travailler avec tous les Afghans à l'atteinte de ces objectifs.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.