« Je ferai tout ce que je peux pour que ça s'arrête », affirme Fatou Jagne, survivante de la traite humaine

30 juillet 2022

Cette année la Journée contre la traite des êtres humains est placée sous le thème « Usages et mésusages de la technologie ». Un thème rappelle le rôle croissant que jouent les technologies dans le recrutement et le passage des êtres trafiqués, mais aussi dans leur rescousse. A l'instar de Fatou Jagne, une jeune activiste en Gambie, survivante de la traite des êtres humains. Interview légèrement éditée.

Je m'appelle Fatou. Je suis une militante.  Je suis devenue militante après avoir été victime de la traite des êtres humains en 2015.

J'ai étudié la pharmacie à l'université de Gambie en 2011. J'ai commencé à travailler ensuite dans le plus grand hôpital de Gambie. Je n'étais pas payée pour mon travail alors l'amie de mon cousin m'a proposé de m'aider à aller travailler au Koweït parce que l’argent est très bon là-bas.

Elle avait le contact et a fait le nécessaire. Ils avaient déjà emmené des gens dans ce pays arabe. Je posais des questions parce que j'avais toujours entendu dire que ces pays arabes n'étaient pas sûrs et que quand on y allait, ils nous maltraitaient.

Quand je lui ai demandé, elle m'a dit : « Tu sais, Fatou, je ne vais pas te faire ça.  Si tu ne veux pas être là, tu n'as qu'à partir. »

En Gambie, nous faisons confiance aux familles et aux amis des familles. Je ne connaissais pas le contrat, je ne savais pas tout, mais elle m'a fait croire que lorsque j'irais là-bas, elle pourrait m'aider à avoir un très bon travail, un travail décent. Mais ce n'était pas vrai. J'ai été victime de trafic.

Quand je suis arrivé là-bas, mes documents ont été saisis dès que je suis entrée dans l'aéroport. C'était un long voyage, un voyage au cours duquel ils ont rassemblé différentes jeunes filles africaines et les ont emmenées dans ce pays arabe, de la Gambie au Sénégal, comme ça, partout où nous allions, nous avons rassemblé des gens, vous savez.

Immédiatement après notre arrivée, ils nous ont pris nos documents, nos papiers.

Une fois qu'ils ont pris vos documents, que s'est-il passé ? Où êtes-vous allées ?

Quand ils ont pris nos documents, ils nous ont mis dans une pièce dans cet aéroport où il y avait beaucoup de gens, beaucoup de jeunes filles, beaucoup de gens, de différentes nationalités.

Vous savez, nous sommes restés là pendant de longues heures.  Sans nourriture, sans eau, sans boisson. Après une heure ou deux, quelqu'un entrait et commençait à nous crier dessus. Ils n'étaient pas contents et ils étaient agressifs. Et nous ne comprenions même pas la langue.

Fatou Jagne participe à un événement public.
Fatou Jagne participe à un événement public.

Comment vous sentiez vous lorsqu’on vous a mise dans cette pièce ?

Je me sentais si mal. Je me sentais comme si c'était inhumain. Comment et pourquoi diable cela se produisait-il ?  Et personne n'en parle. J'étais comme, « Non, ce n'est pas possible . C'est ma fin... parce que je n'ai pas d'argent. Je ne peux pas leur dire que je vais rentrer parce que je ne parle pas leur langue et ils ne sont pas prêts à nous écouter ». Ils étaient si durs et ne voulaient écouter personne.

Combien de temps avez-vous été gardée dans cette pièce ?

De longues heures. Je ne suis pas sûre, vous savez, parce que j'étais tellement stressée et traumatisée, mais c'était plus de dix, douze heures. A la fin du temps, j'ai vu des gens comme des agents entrer pour prendre des gens, appeler leurs noms. J'étais juste là.  Personne n'est venu me chercher. Personne n'est venu m'appeler. J'étais là, avec les filles.

Et ensuite, que s'est-il passé ?

A la fin, on nous a appelé et ils nous ont emmené dans un bureau, un bureau où ils vendent des êtres humains, un bureau où j'ai vu beaucoup de gens assis et l’homme arabe venait et demandait « combien coûte celle-là ? », « elle coûte combien ? ». 

Imaginez des êtres humains pour aller travailler comme des esclaves !

Et que vous est-il arrivé à partir de ce moment-là ?

Comme je suis éduquée, j'étais tellement traumatisée pendant cette période, je demandais.  J’étais comme :  « Pourquoi sommes-nous ici ? Je ne suis pas à vendre ! Pourquoi celui-ci demande-t-il cela ? C’est combien ? Combien vaut-elle ? Combien ? Pourquoi faites-vous cela ? « 

J'ai continué à parler au gars et parler et parler et puis un Arabe est venu devant et a dit dans une langue cassée « Vous devez vous taire. Si vous ne vous taisez pas, vous pouvez être punie. Vous n'avez aucun droit, nous avons tous les droits de faire ce que nous voulons parce que nous vous achetons ».

J'ai continué à parler parce que je ne voulais pas écouter. » Vous savez, je suis instruite. J'ai mes documents ici. Je suis instruite et je ne suis pas venue pour que les gens me vendent ». J'ai continué à parler. « Ils ont pris mes documents à l'aéroport. Ils ont pris mon passeport et tout.  Mais je n'ai pas sorti les papiers qui étaient dans mon sac à dos ». 

Puis quand ils m'ont demandé « Où disais tu avoir fait tes études ?». Je leur ai donné un papier et ils l'ont déchiré devant moi.

Cette nuit, ils nous ont emmenés dans une maison, mais là ils nous punissaient. Pas de nourriture, pas d'eau, rien. Moi en particulier. Et ils nous ont mis dans une pièce très, très petite, minuscule.

J'étais tout le temps stressée, je pensais aux gens qui me vendaient. Je me rappelle qu'ils disaient des choses comme « Je t'achète, je te possède. Si tu ne veux pas me payer l'argent avec lequel je t'achète, parce que tu n'as pas d'argent, parce que tu es pauvre et que tu viens dans ce pays, tu veux de l'argent, c'est pour ça que je t'achète ».

Que pensiez-vous qu'il allait vous arriver à ce moment-là ? Vous n'aviez pas d'argent. Vous ne connaissais personne. Qu'est-ce qui vous passait par la tête ?

Fatou Jagne interviewée par les médias.
Fatou Jagne
Fatou Jagne interviewée par les médias.

Ce qui m'est passé par la tête c'est « J’ai déjà signé ma vie pour mourir. Je ne vais pas me taire. Je vais m'assurer de défendre la vérité et je vais m'assurer de leur dire que ce n'est pas bien ».

Mais à cette époque, laissez-moi vous dire quelque chose, je ne savais pas que les droits de l'homme existaient. Je ne savais pas que l'activisme existait. Je ne savais pas que le féminisme existait. Je ne savais pas que les défenseurs des droits de l'homme existaient. 

Je n'en savais rien, tout ce que je connaissais, c'était les drogues, les comprimés et d'autres choses.  Mais cela m'a fait devenir une militante. J'ai l'impression d'avoir commencé mon militantisme à ce moment-là, parce que c'est là que j'ai commencé ma vie. Les défier, leur dire que je ne suis pas à vendre et que les êtres humains en général ne sont pas à vendre.

J'ai travaillé dans plus de quinze maisons, où j'ai été maltraitée et traumatisée. J’ai été abusée. Ils m'ont raconté des histoires fausses : « Nous pouvons t'aider, mais nous voulons que tu travailles, va dans une maison et travaille pendant trois mois ».

Entre-temps, je ne savais pas que si j'allais dans une maison et que je travaillais pendant trois mois, je ne pourrais pas retourner parce que j'avais déjà travaillé pendant trois mois et que je devais poursuivre mon contrat.

Mais si j'avais eu la possibilité de retourner chez moi avant trois mois, ils auraient perdu et ils ne veulent pas perdre leur argent. Ils veulent que je leur rende leur argent.

Ils m'ont dit de travailler comme un esclave pendant trois mois et ils qu’ils pourraient m'aider à trouver un meilleur emploi ou me laisser rentrer chez moi.

Donc vous avez accepté cette offre et êtes allé travailler dans une famille. C'est bien cela ?

Oui, j'y suis allé mais c'était l'enfer.

C'était comment de travailler dans une famille là-bas ? Qu'avez-vous fait ?

Je n'ai jamais pensé que quelqu'un pouvait être traité comme on le fait dans le monde arabe. Oui, il y a beaucoup, beaucoup de survivants de la traite des êtres humains dans le monde arabe. Ils ne respectent pas les droits de l'homme.

Je travaillais comme une esclave. Comme si j'avais déjà été vendue. Quelqu'un me battait. Je travaillais comme une esclave, de toute façon, vous pensez à ce que font les esclaves et c'est ce que je faisais. Je le faisais avec beaucoup de contrôle.

Et ils vous diront que vous n'avez aucun droit ici. Nous avons tous les droits, même si nous vous maltraitons.

Vous ont-ils maltraité physiquement ?

Fatou Jagne, une militante gambienne contre la traite des êtres humains.
Fatou Jagne
Fatou Jagne, une militante gambienne contre la traite des êtres humains.

Mon patron me battait et ils savaient que je ne pouvais pas me défendre.

Je suis allée le signaler à la police. La police elle-même me dit que je n'ai aucun droit. Ils ont tous les droits de faire ce qu'ils veulent. Imaginez ça ! Ils vous enlèvent tout parce que vous ne pouvez pas l'avoir.

Parce que je suis éduqué, j'ai caché l'application que j'utilisais. Oui, je communiquais avec plein de gens du monde arabe. Ils me disaient qu'ils étaient au Liban, à Oman, à Dubaï, et qu'ils venaient tous de Gambie.

Parce que lorsque vous pouvez accéder à Internet, vous pouvez obtenir des contacts et des communications. J’utilisais les iPad de leurs enfants. Vous savez, je cachais l'application que j'utilisais parce que je n'étais pas autorisé à utiliser un téléphone. La dernière maison où j'ai pu obtenir un téléphone, je n'ai pas été payée, mais ils ont pu me donner un téléphone.

Lorsqu’ils ont besoin de vous, ils appuient simplement sur un bouton. Vous passez, vous descendez et vous faites ce qu'ils veulent. Mais imaginez que vous travaillez pendant vingt-quatre heures sans repos, à n'importe quel moment, même quand vous faites la grasse matinée, ils veulent quelque chose pour vous réveiller. Et vous le faites pour eux, ce qui est vraiment triste.

Imaginez, partout où je travaillais, je passais un, deux mois.  Là je leur disais que je ne pouvais pas faire ce travail. Ok - et ils me transféraient.  Puis ils en ont eu assez de me transférer. Ils m'ont juste demandé de partir parce qu'ils avaient déjà reçu leur argent.  Parce que partout où ils m'emmenaient travailler, ils recevaient de l'argent.

Quand vous travailliez pour ces familles, vous receviez de l'argent ?

Ils ne m'ont jamais versé mon argent.  Je ne savais pas s'ils faisaient un marché avec l'agent en premier lieu. Et puis je n'ai pas reçu d'argent de l'agent non plus. « Vous ne m'avez jamais donné d'argent » et ils m'ont jeté dehors. J'étais dans la rue en train de souffrir, vous savez, quand je suis parti j'étais comme échouée dans la rue.

Alors comment avez-vous réussi à sortir du Koweït ?

Grâce à l'armée du salut. Je les remercie. J'apprécie vraiment cela. Par l'intermédiaire de l'armée du salut, j'ai contacté l'ambassade de Gambie en Arabie Saoudite.

J'ai essayé de communiquer avec l'ambassade de Gambie. Je ne voulais plus jamais aller dans une maison. J'ai établi un contact avec eux. Ils m'ont juste indiqué où je devais aller. Mais partir était un problème parce que dans les pays arabes, quand vous partez, la police est toujours derrière vous et quand ils vous capturent, vous allez directement à la police et vous ne pouvez pas partir.  Après la police, vous allez directement en prison.

Ils ne veulent même pas que tu expliques quoi que ce soit. Ils vous emmènent directement en prison, mais j'étais dans un centre commercial où j'étais, vous savez, cachée, où dans mes vêtements, parce que j'ai enlevé mon uniforme. Vous savez quoi ? Une fois que vous êtes entrée dans ces pays arabes comme esclave, vous portez des uniformes. Vous ne portez plus jamais vos vêtements. C’est un uniforme jusqu'à la fin de votre contrat, soit deux ou trois ans.

L'armée du salut m'a emmené dans un refuge. J’y suis arrivée au refuge, mais c'était si difficile d'obtenir l'aide de tous ces gens. C'est juste parce que je suis instruite. Voilà pourquoi, mais il y a des milliers et des milliers et des milliers de gens qui souffrent. Ils ne savent pas comment joindre qui que ce soit. Ils ne sont pas instruits et ils souffrent vraiment, vraiment dans ces pays arabes.

Avant de partir pour retourner dans les pays africains, vous devez passer par la prison. Nous avons passé plus de trois, quatre semaines en prison. Dès que j’y suis arrivée, j'ai su que j'étais là pour souffrir. Je suis ici comme si j'avais signé ma vie pour mourir. Je n'avais plus d'espoir.L'utilisation d'internet et la possibilité de communiquer avec des personnes du monde extérieur, cela vous a-t-il aidé ?

Oui, c’est grâce à Internet que j'étais libre. Je peux le dire.

C'est pourquoi, pour tous mes défenseurs, j'utilise Internet plus que tout. Grâce à Internet, je communique, je me connecte, vous savez, j'ai cette chance. C'est pourquoi je l'utilise. 

J'ai fait en sorte que le pays tout entier soit au courant de mon histoire par le biais des médias, de la société civile, vous savez, chaque fois qu'ils m'ont invité à des ateliers et des programmes, des événements sur la migration ou la traite des êtres humains ou tout autre événement.

J'ai fait en sorte de participer. J'ai raconté mon histoire et sauvé des vies parce que la traite des êtres humains existe toujours et je sais qu'elle continue à exister.

C'est pourquoi je suis devenue une militante, une féministe, une défenseure des droits qui ne cesse de parler de cette migration en général.

Lorsque je suis revenue dans ce pays, j'ai prié Dieu de ne pas rester silencieuse et de faire en sorte que le monde entier soit informé de la traite des êtres humains.

C'est pour cela que je suis là. Je ne cherche rien d'autre que de mettre tout ce que j'ai, même si je n'ai pas d'argent, mais tout mon pouvoir, toutes mes connaissances, toute ma compréhension de la traite des êtres humains. Je ferai tout ce que je peux pour m'assurer qu'elle prenne fin et soit éradiquée partout dans le monde, mais surtout ici en Gambie.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.