Variole du singe: plus de 5.300 cas confirmés dans le monde dont 85% en Europe - OMS

5 juillet 2022

Au moins 5.322 cas de variole du singe sont confirmés en laboratoire dans le cadre de la flambée actuelle, a indiqué mardi l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), relevant qu’avec 85% des infections, l’Europe reste le continent le plus touché.

Avec ces 5.322 cas confirmés en laboratoire de variole du singe, il s’agit d’une augmentation de plus de 50% par rapport au précédent bilan du 22 juin.  A ce stade, la maladie n’a causé qu’un seul décès, a détaillé l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU.

L’Europe demeure de loin la région la plus touchée par le virus, alors que 53 pays sont désormais touchés. « Quatre-vingt-cinq pour cent des cas se trouvent en Europe, suivie de la région africaine, des Amériques, de la Méditerranée orientale et du Pacifique », a déclaré lors d’un point de presse à Genève, Fadela Chaib, porte-parole de l’OMS.

Le nombre de cas a fortement augmenté ces derniers jours. Le dernier bilan, daté du 30 juin, représente une augmentation de 55,9% par rapport au décompte précédent, qui recensait huit jours plus tôt 3.413 cas.

Porter une attention particulière à ces cas, pour essayer de limiter les contaminations

Si la majorité des cas recensés concerne des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, « d’autres groupes vulnérables sont aussi à risque », a indiqué la porte-parole de l’OMS. Selon Fadela Chaib, « il y a eu quelques cas chez les enfants (et) chez des personnes qui ont un système immunitaire compromis ».

Bien que le nombre de cas augmente, l’agence sanitaire des Nations unies n’a pas fixé de date pour une seconde réunion de son comité d’urgence sur la variole du singe, après sa première réunion le 23 juin. Le 23 juin dernier, l’OMS avait convoqué un comité d’urgence pour décider si la variole constituait une urgence de santé publique de portée internationale.

Mais l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU avait estimé que la flambée actuelle de cas de variole du singe, bien que très inquiétante, ne constituait pas «une urgence de santé publique de portée internationale», le plus haut degré d’alerte de l’organisation. « L’OMS continue de demander aux pays de porter une attention particulière aux cas de variole du singe, pour tenter d’enrayer de nouvelles infections » a conclu Fadela Chaib.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.