Séisme en Afghanistan : au moins un millier de morts dans le Sud-Est, l’ONU mobilisée pour fournir de l'aide

22 juin 2022

Alors que les rapports des médias et des autorités afghanes font état d’au moins un millier de morts dans un tremblement de terre survenu dans la nuit de mardi à mercredi à proximité de la ville de Khost, dans le sud-est de l’Afghanistan, tout près de la frontière avec le Pakistan, les Nations Unies ont annoncé avoir déployé des équipes chargées d’évaluer l’étendue des dégâts dans plusieurs des zones touchées.

« Les agences de l’ONU évaluent les besoins et répondent aux conséquences du tremblement de terre de la nuit dernière qui a fait des centaines de victimes », a dit dans un tweet, le Dr Ramiz Alakbarov, Représentant spécial adjoint de l’ONU pour l’Afghanistan. Selon le Coordinateur résident et humanitaire des Nations Unies dans ce pays, les opérations de recherche et de sauvetage sont en cours et sont dirigées par les autorités de facto.

L’ONU et les partenaires humanitaires ont été invités à soutenir l’autorité de facto chargée de la gestion des catastrophes dans l’évaluation. Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), des équipes d’évaluation inter-agences ont déjà été déployées dans plusieurs zones affectées par le tremblement de terre.

Depuis un entrepôt de l'UNICEF à Paktia, des fournitures d'urgence sont livrées aux zones touchées par le séisme en Afghanistan.
© UNICEF Afghanistan
Depuis un entrepôt de l'UNICEF à Paktia, des fournitures d'urgence sont livrées aux zones touchées par le séisme en Afghanistan.

Le bilan des victimes devrait grimper au fil des heures avec les opérations de sauvetage

Deux séismes, d’une magnitude 5,9 et 4,5, ont eu lieu presque au même endroit et à la même heure dans la province de Khost et de Paktika, une région montagneuse et difficile d’accès près du Pakistan. Selon l’OCHA, le séisme - qui a été enregistré à une profondeur de 10 km - aurait été ressenti dans les provinces voisines, notamment à Kaboul, ainsi qu’à Islamabad, au Pakistan et en Inde.

Le bilan du puissant séisme qui a frappé le sud-est de l’Afghanistan dans la nuit de mardi à mercredi 22 juin ne cesse de grimper au fil des heures. Evalué dans un premier temps à plusieurs dizaines puis plusieurs centaines, le nombre de morts a désormais dépassé le millier selon les informations communiquées par les autorités officielles à la mi-journée.

« Les premiers rapports indiquent que le nombre de personnes tuées et blessées se chiffre en centaines », souligne l’OCHA, relevant que le nombre de victimes devrait augmenter, car les opérations de recherche et de sauvetage sont en cours.

Le chef de l'ONU de tout coeur avec le peuple afghan

Le Secrétaire général de l'ONU,  António Guterres, s'est dit attristé d'apprendre la perte tragique de vies humaines causée par le séisme.

« Je suis de tout coeur avec le peuple afghan qui souffre déjà de l'impact d'années de conflit, de difficultés économiques et de faim. Je présente mes sincères condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés », a dit le chef de l'ONU dans une déclaration à la presse.

Il a noté que l'ONU en Afghanistan était « pleinement mobilisée ».

« Nos équipes sont déjà sur le terrain pour évaluer les besoins et apporter un premier soutien. Nous comptons sur la communauté internationale pour aider à soutenir les centaines de familles touchées par cette nouvelle catastrophe. L'heure est à la solidarité », a-t-il ajouté.

Des milliers d’enfants sont « en danger », selon l’UNICEF

Selon le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), des milliers d’enfants sont « en danger après ce tremblement de terre dévastateur dans l’est du pays ».

« Nous ne connaissons pas encore toute l’étendue de la dévastation, mais nous pensons que des centaines de personnes ont été tuées, dont beaucoup de femmes et d’enfants », a déclaré dans un communiqué, le Dr. Mohamed Ayoya, Représentant de l’UNICEF en Afghanistan, relevant que beaucoup d’autres ont été blessées. Selon l’UNICEF, ces chiffres devraient augmenter au fur et à mesure que les rapports continuent d’arriver.

Les blessés sont transférés par les autorités de facto à Sharana, à l’hôpital de Paktika et à l’hôpital d’Urgun. La route entre Shahidano Chawk et l’hôpital de Sharana est fermée à toute circulation civile pour faciliter le transport des blessés, selon l’ONU. À ce jour, au moins 130 blessés ont été transférés et admis dans les hôpitaux de Sharana (50), Paktika (40) et Urgun (37).

Sur le terrain, le ministère afghan de la Défense a déjà envoyé cinq hélicoptères dans la province de Paktika pour faciliter les évacuations sanitaires, et une équipe médicale dans le district de Gayan.

Des dégâts dans le district de Spera, dans la province afghane de Khost, après qu'un séisme a frappé cette région le 22 juin 2022.
© UNICEF Afghanistan
Des dégâts dans le district de Spera, dans la province afghane de Khost, après qu'un séisme a frappé cette région le 22 juin 2022.

Les  districts de Barmala, Ziruk, Naka (province de Khost) et Gayan (Paktika) parmi les plus touchés

Les zones les plus touchées se trouvent dans le district de Spera dans la province de Khost, et dans les districts de Barmala, Ziruk, Naka et Gayan dans la province de Paktika. Le district de Gayan, dans la province de Paktika, serait le plus touché, avec jusqu’à 200 personnes tuées et 100 personnes blessées, dont beaucoup gravement.

En outre, près de 1.800 maisons auraient été détruites ou endommagées à Gayan, soit 70% du parc immobilier du district. Dans le district de Spera, dans la province de Khost, 25 personnes auraient été tuées et 20 blessées.

Face à l’urgence humanitaire, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et des ONG internationales comme CARE ont également déployé 14 équipes sanitaires mobiles dans la province de Paktika et dans la province de Khost. Quatre équipes sanitaires mobiles ont été envoyées dans d’autres zones touchées.

L’UNICEF a aussi déployé au moins 12 équipes d’agents de santé dans le district de Gayan, et plusieurs équipes mobiles de santé et de nutrition dans le district de Barmal, dans la province de Paktika, et dans le district de Spera, dans la province de Khost. « L’UNICEF a envoyé plusieurs équipes mobiles de santé et de nutrition pour apporter les premiers secours aux blessés », a précisé le Dr. Mohamed Ayoya.

Des équipes sanitaires déployées par l’OMS et l’UNICEF

De leur côté, la Fédération de la Croix rouge internationale (FICR) a réorienté trois équipes sanitaires mobiles à Paktika pour répondre aux besoins immédiats et mobilise des fournitures médicales supplémentaires qui seront déployées depuis Kaboul.

Des équipes humanitaires de recherche et de sauvetage, dont celles d’OCHA, sont prêtes à être déployées en cas de besoin. « Bien que les opérations de recherche et de sauvetage soient en cours, les fortes pluies et le vent entravent les efforts et les hélicoptères n’auraient pas pu atterrir ce mercredi après-midi », a détaillé l’Agence onusienne. 

Les besoins immédiats identifiés comprennent les soins traumatiques d’urgence, les abris d’urgence et les articles non alimentaires, l’aide alimentaire et le soutien en eau-assainissement. De manière générale, les partenaires humanitaires se préparent à aider les familles affectées dans les provinces de Paktika et Khost en coordination avec les autorités de facto.

Plus largement, les acteurs humanitaires se mobilisent et fournissent également une aide d’urgence. L’Agence sanitaire mondiale de l’ONU a ainsi livré 100 cartons de médicaments d’urgence à Giyan et Barmal.

Un nouveau séisme alors que l’Afghanistan traverse une grave crise humanitaire

L’UNICEF a également distribué une aide essentielle. Il s’agit notamment des équipements de cuisine, des fournitures d’hygiène (savon, détergent, serviettes, serviettes hygiéniques et seaux d’eau), des vêtements chauds, des chaussures et des couvertures, ainsi que des tentes et des bâches. Et dès les premières heures du matin, des ONG internationales ont pour leur part déployé des ambulances, des médicaments et du matériel médical.

Des évaluations conjointes des besoins impliquant l’UNICEF, le PAM, l’OIM, et des partenaires des Nations Unies sont prévues pour les districts de Gayan et Bermal dans la province de Paktika. Selon l’OCHA, le Fonds humanitaire pour l’Afghanistan a identifié les partenaires déjà actifs dans la région et a mobilisé des ressources supplémentaires qui peuvent potentiellement être déployées immédiatement en fonction des besoins évalués.

A noter qu’en janvier dernier, c’est l’ouest de l’Afghanistan qui avait été touché par un séisme d’une magnitude de 5,3 : vingt-six personnes avaient été tuées. L’Afghanistan fait face à une grave crise humanitaire alors que le pays, qui vivait largement sous perfusion de l’aide internationale, a vu cette aide coupée après la prise du pouvoir par les talibans en août dernier.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.