L'ONU réfléchit à la manière de renforcer l'acheminement de l'aide humanitaire

21 juin 2022

La coopération mondiale est essentielle pour faire face à l'augmentation des souffrances due aux conflits, aux dérèglements climatiques, à la faim, à l'augmentation du coût de la vie et à la pandémie de COVID-19, ont déclaré mardi de hauts responsables de l'ONU lors d'une réunion organisée par le Conseil économique et social (ECOSOC) pour renforcer l'acheminement de l'aide humanitaire.

La session de l’ECOSOC consacrée aux affaires humanitaires rassemble pendant trois jours des agences des Nations Unies, des diplomates, des travailleurs humanitaires, le secteur privé et d'autres partenaires, pour discuter des défis et des priorités, et pour partager les expériences et les leçons apprises.

Le Président de l'ECOSOC, Collen Kelapile, a rappelé que le monde connaît le plus grand nombre de conflits violents depuis 1945 et que le mépris du droit international humanitaire reste une préoccupation majeure.

« Les contraintes à l'accès humanitaire continuent d'empêcher les personnes touchées de recevoir une aide vitale. Trop souvent, le personnel humanitaire est harcelé, menacé et même tué », a-t-il déclaré.

La préparation est vitale

M. Kelapile a exhorté les participants à tirer les leçons de la pandémie pour adapter leur travail et mieux se préparer aux crises futures. Il a également appelé à une plus grande responsabilité et à un renforcement du respect du droit international humanitaire.

« Nous devons préserver l'espace humanitaire et veiller à ce que les personnes en situation de vulnérabilité reçoivent l'aide dont elles ont besoin », a-t-il ajouté.

« Nous devons mieux comprendre les impacts humanitaires du changement climatique et nous préparer aux menaces toujours croissantes que la crise apportera. Cet esprit de coopération est indispensable pour surmonter les énormes défis qui nous attendent », a-t-il dit.

Dans son allocution, le Secrétaire général de l’ONU António Guterres a noté que les agences humanitaires des Nations Unies et leurs partenaires agissent chaque jour pour soutenir les personnes dans le besoin.

« Ces défis nous obligent à intensifier nos efforts pour soutenir un système humanitaire fort, flexible et doté de ressources suffisantes, mieux équipé pour atteindre et protéger les personnes les plus isolées et marginalisées », a-t-il déclaré dans un message vidéo à la réunion.

Une famille mange du pain fabriqué avec de la farine fournie par le PNUD en Syrie.
© UNDP Syria
Une famille mange du pain fabriqué avec de la farine fournie par le PNUD en Syrie.

Augmenter le financement

M. Guterres a plaidé pour un système humanitaire centré sur les besoins des personnes et qui soutient les partenaires locaux sur le terrain, en particulier les femmes et les organisations de femmes.

Le chef de l'ONU a également indiqué qu'un appel humanitaire pour l'Ukraine est désormais financé à 70%, mais que les besoins augmentent rapidement à travers le monde.

Il a appelé à intensifier à la fois les solutions durables et le soutien financier, à aider la reprise pandémique dans chaque pays et à protéger l'avenir en limitant le réchauffement climatique.

Le renforcement de l'aide humanitaire doit être synonyme de prévention des crises humanitaires, a déclaré le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Abdulla Shahid, aux participants.

Protéger les travailleurs humanitaires

« L'aide humanitaire et l'assistance sont déjà au premier plan des urgences climatiques. Nous devons diversifier l'aide humanitaire, de manière à faire appel à l'expertise et aux compétences des communautés locales », a-t-il déclaré.

M. Shahid a également mis l'accent sur les dangers auxquels sont confrontés les travailleurs humanitaires lors de l'acheminement de l'aide, ajoutant que davantage doit être fait pour assurer leur sécurité.

« Grâce à votre soutien et à vos engagements continus, nous pouvons non seulement renforcer l'aide humanitaire, mais aussi protéger la vie des nombreux travailleurs humanitaires désintéressés sur le terrain », a-t-il déclaré.

Numéros d'enregistrement dans le besoinLe chef des affaires humanitaires de l'ONU, Martin Griffiths, a averti que les « méga-crises mondiales » se développent aujourd'hui à une vitesse et à une échelle qui menacent d'annuler des décennies de progrès durement acquis en matière de développement, de gouvernance et de protection sociale.

Plus de 300 millions de personnes à travers la planète ont besoin d'aide humanitaire, un chiffre qui n'a jamais été aussi élevé, alors que le nombre de personnes déplacées et de réfugiés a dépassé les 100 millions.

Collectivement, les appels humanitaires de l'ONU cette année totalisent 46 milliards de dollars. « Nous recevons généralement un peu plus de la moitié de cela », a-t-il déclaré.

M. Griffiths a appelé à « changer de tactique », en commençant par rendre disponibles les stocks alimentaires excédentaires et en supprimant les blocages qui affectent le commerce des aliments et des engrais.

Comme le Secrétaire général, il a également appelé à placer les besoins et les priorités des bénéficiaires au cœur du travail humanitaire.

Responsabiliser les ONG partenaires

Il a ajouté que les communautés humanitaires, de développement et de consolidation de la paix doivent également travailler ensemble, « pas l'une après l'autre ».

En attendant, une plus grande action est nécessaire sur les négociations et l'accès humanitaires dans des endroits comme l'Éthiopie, le Sahel central, l'Ukraine et le Yémen.

Le secteur humanitaire doit aussi anticiper autant que possible, a-t-il poursuivi, soulignant l'importance de la préparation.

« En cas de catastrophes naturelles, nous avons des opportunités d'être mieux préparés à mettre en place l'aide, à préserver les actifs en cas de crise, et nous devons le faire plus fréquemment, de manière plus fiable, et encore une fois, de concert avec les communautés qui seront frappées ».

Enfin, le chef de l’humanitaire de l'ONU a insisté sur le fait que les organisations non gouvernementales locales, la société civile et les agences d'aide sur le terrain devaient se voir accorder un rôle plus important dans l'espace humanitaire.

« Ils voient la souffrance chaque jour. Ils savent ce qui est nécessaire pour faire une réelle différence », a-t-il déclaré. « Nous devons leur donner des responsabilités, nous devons les rapprocher de nos conseils et nous devons les soutenir dans leurs efforts et dans leur désir d'étendre leur portée ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.