Ethiopie : la pire sécheresse en 40 ans menace les progrès en santé maternelle et néonatale (UNFPA)

9 mai 2022

« Quand j'ai vu la main de mon bébé sortir, j'ai couru pour sauver nos vies. Nous avons parcouru près de 90 km jusqu'au centre de santé le plus proche... Nous avons tous deux de la chance d'être en vie », raconte Ayan Abadi Wali.

Cette jeune maman de 24 ans, se remettait d'un accouchement par césarienne qui lui a sauvé la vie à l'hôpital général de Gode, une ville de la région Somali en Éthiopie, qui a été l'une des plus durement touchées par la pire sécheresse depuis quatre décennies, explique dans un reportage l'UNFPA, l'agence des Nations Unies chargée des questions de santé sexuelle et reproductive.

Mme Abadi vit actuellement avec ses sept enfants dans un campement informel de la zone de Shabelle, tout comme sa mère, Mme Barkhado, et d'autres personnes déplacées par la sécheresse.

Mme Barkhado a traversé de nombreuses crises au cours de ses 60 ans, mais selon elle celle-ci est la plus dévastatrice.

« De toutes les sécheresses que j'ai connues dans ma vie, celle-ci est la pire en 40 ans. Cette année, il n'y a pas d'eau ni de pâturage où que vous alliez. Je ne sais pas comment nous allons survivre », dit-elle.

Les chocs climatiques et les conditions météorologiques extrêmes sont à l'origine des besoins humanitaires dans toute la Corne de l'Afrique et font peser une pression insupportable sur des systèmes de santé déjà en difficulté, avec des installations limitées, une main-d'œuvre fortement sollicitée et des infrastructures quasi inexistantes.

Une crise climatique qui pèse le plus lourd sur la santé des femmes et des filles

Les progrès réalisés dans la réduction de la mortalité et de la morbidité maternelles et néonatales en Éthiopie risquent de dérailler et il est urgent d'étendre la couverture des services de santé et de protection maternelles pour préserver la santé et les droits des femmes et des filles.

« Nous avons remarqué une augmentation des décès maternels et néonatals au cours des derniers mois. Presque tous nos cas sont des femmes qui ont parcouru jusqu'à 200 kilomètres pour atteindre l'établissement, beaucoup d'entre elles souffrant de complications liées au travail et n'ayant pas de moyen de transport », a déclaré le Directeur médical de l'hôpital général de Gode, Dr Mahamed Sheh.

Dans l'est et le sud de l'Éthiopie, les pluies saisonnières ont fait défaut pour la troisième fois depuis fin 2020, alimentant les déplacements massifs de population et aggravant une situation humanitaire déjà catastrophique.

Près de 8 millions de personnes ont été touchées et plus de 286.000 Somaliens d'Éthiopie, dont Mme Abadi, ont été déplacés, fuyant leurs maisons pour survivre alors que les cultures, le bétail et les moyens de subsistance sont anéantis.

Le nombre de décès de bétail atteignant le chiffre stupéfiant de 1,4 million et augmentant de jour en jour, la seule source de revenus de Mme Abadi s'est évaporée aussi vite que son espoir.

« Nous avons perdu tout ce que nous avions - 30 chèvres et 10 bovins », a déclaré Mme Abadi. « Il ne nous reste qu'une vache qui tient à peine sur ses pattes. Elle est trop faible pour marcher ».

N'ayant plus d'animaux pour les aider à survivre, Mme Abadi craint pour l'avenir de sa famille.

Les femmes et les filles en déplacement courent un risque accru de violence sexuelle et physique et de coercition, et les mariages d'enfants et les mariages forcés augmentent pendant les crises humanitaires, car les ménages perdent leurs moyens de subsistance et les mécanismes de protection s'amenuisent.

L'épuisant périple pour accéder aux services de santé maternelle et reproductive

Dans la région Somali, quelque 930.000 personnes ont besoin d'une aide d'urgence et d'une aide en matière de santé génésique et plus de 565.000 personnes auraient un accès réduit aux services de protection, notamment les femmes, les enfants et les survivants de violences sexistes.

Selon l'Institut éthiopien de la santé publique, plus de 60 % des personnes vivant dans la région Somali se trouvent à plus d'une heure de marche du centre de santé le plus proche - qui peut ou non fonctionner s'ils parviennent à l'atteindre.

Plus de 154.000 femmes sont actuellement enceintes dans la région Somali et, rien qu'au cours du mois prochain, on estime que 2.568 femmes et 3.425 nouveau-nés connaîtront des complications aux conséquences potentiellement mortelles si des soins et des services qualifiés ne sont pas disponibles.

« Les mères déplacées arrivent avec des complications et elles repartent dans le même état. Nous n'avons pas de maternités et nous ne pouvons pas les garder ici pendant un mois à attendre dans la salle d'accouchement ou dans le couloir. Quand elles reviennent, il est parfois trop tard », explique Aston Ma'am, sage-femme à l'hôpital.

Bien que Mme Abadi et sa famille aient subi d'énormes pertes, elle est reconnaissante que tous ses enfants aillent bien pour le moment et elle attend avec impatience le jour où elle pourra à nouveau s'occuper de son bétail.

Après avoir été renvoyée de l'hôpital de Gode à son arrivée en raison de complications, car il n'y avait pas de service de maternité, elle a eu la chance d'arriver à temps pour subir la césarienne qui lui a sauvé la vie. De nombreuses femmes endurent des voyages harassants de plusieurs centaines de kilomètres, mais arrivent trop tard pour être sauvées.

Ne laisser aucune mère ou nouveau-né pour compte

Avec le soutien d'Irish Aid et en partenariat avec l'UNICEF, l'UNFPA intensifie son intervention dans la région Somali par le biais d'un ensemble de services de santé essentiels sur deux ans, notamment en soutenant les maternités essentielles pour aider les femmes comme Mme Abadi.

Des unités de santé mobiles dotées de sages-femmes qualifiées seront également déployées dans certaines des zones les plus difficiles à atteindre, et huit établissements de santé dans les zones de Shabelle et d'Erer recevront des équipements et des fournitures obstétriques d'urgence.

Parallèlement, des espaces sécurisés et des centres à guichet unique assureront un soutien médical et psychosocial complet aux survivants de violences sexistes, ainsi que des médicaments de santé reproductive, des kits de dignité contenant des articles sanitaires et d'hygiène, ainsi que des ambulances seront distribués aux centres de santé de la région.

En mars 2022, 32 prestataires de soins de santé de première ligne dans 14 établissements soutenus par l'UNFPA dans la région de Somali avaient été formés aux soins post-avortement, en partenariat avec le Bureau régional de la santé, dans le but de réduire les taux de mortalité maternelle.

Environ 250 femmes en âge de procréer ont également participé à des sessions de sensibilisation communautaire, qui visent à faire prendre conscience de la manière de prévenir la violence sexiste et des services et du soutien disponibles, en partenariat avec le Bureau régional des affaires relatives aux femmes, aux enfants et aux jeunes.

L'appel de réponse humanitaire 2022 de l'UNFPA demande près de 24 millions de dollars pour renforcer le système de santé et reconstituer les capacités des services de santé maternelle et reproductive dans la région somalienne et dans sept autres régions du pays touchées par la crise. À ce jour, un peu plus de la moitié de l'appel a été financée.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.