Plus de 392.000 bébés vont naître le jour du Nouvel An à travers le monde

31 décembre 2019

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a indiqué mardi que 392.078 bébés naîtront dans le monde le 1er janvier 2020.

C’est l’occasion pour l’agence onusienne d’appeler les dirigeants mondiaux et les nations à investir en 2020 dans des professionnels de santé dotés du savoir-faire et des équipements nécessaires pour sauver chaque nouveau-né.

« Le début d'une nouvelle année et d'une nouvelle décennie est l'occasion de réfléchir à nos espoirs et nos aspirations non seulement pour notre avenir, mais pour l'avenir de ceux qui nous succéderont », a déclaré Henrietta Fore, Directrice exécutive de l'UNICEF, dans un communiqué de presse.

« Alors que le calendrier change chaque année en janvier, nous nous souvenons de toutes les possibilités et du potentiel de chaque enfant qui entreprend son voyage dans la vie – si on lui donne cette chance », a-t-elle ajouté.

Les îles Fidji dans le Pacifique verront naître très probablement le premier bébé de 2020. Les États-Unis, le dernier. À l'échelle mondiale, on estime que plus de la moitié de ces naissances auront lieu dans huit pays :

  • 1. Inde – 67.385
  • 2. Chine – 46.299
  • 3. Nigéria – 26.039
  • 4. Pakistan – 16.787
  • 5. Indonésie – 13.020
  • 6. États-Unis – 10.452
  • 7. République démocratique du Congo – 10.247
  • 8. Éthiopie – 8.493

Chaque mois de janvier, l’UNICEF célèbre les bébés nés le jour du Nouvel An, un jour de bon augure. Cependant, pour des millions de nouveau-nés dans le monde, le jour de leur naissance est beaucoup moins propice.

En 2018, 2,5 millions de nouveau-nés sont morts au cours de leur premier mois de vie ; environ un tiers d'entre eux le premier jour de la vie. Parmi ces enfants, la plupart sont décédés de causes évitables telles qu’une naissance prématurée, des complications pendant l'accouchement et d’infections comme la septicémie. De plus, plus de 2,5 millions de bébés sont mort-nés chaque année.

Au cours des trois dernières décennies, le monde a enregistré des progrès remarquables dans la survie de l'enfant, réduisant de plus de moitié le nombre d'enfants qui meurent avant leur cinquième anniversaire dans le monde. Mais les progrès ont été plus lents pour les nouveau-nés. Les bébés décédés au cours du premier mois ont représenté 47% de tous les décès d'enfants de moins de cinq ans en 2018, contre 40% en 1990.

La campagne Chaque enfant vivant de l'UNICEF appelle à un investissement immédiat dans des professionnels de santé dotés du savoir-faire et des équipements nécessaires pour garantir que chaque mère et chaque nouveau-né sont soignés par une paire de mains sûres pour prévenir et traiter les complications pendant la grossesse, l'accouchement et la naissance.

« Trop de mères et de nouveau-nés ne sont pas pris en charge par une sage-femme ou une infirmière formée et équipée, et les résultats sont dévastateurs », a déclaré Henrietta Fore. « Nous pouvons nous assurer que des millions de bébés survivent à leur premier jour et vivent au cours de cette décennie et au-delà si chacun d'entre eux est né entre des mains sûres ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Malgré les progrès, une femme enceinte ou un nouveau-né meurt toutes les 11 secondes (ONU)

Les femmes et leurs enfants sont aujourd’hui plus nombreux que jamais à avoir la vie sauve, grâce notamment à un meilleur accès à des services de santé abordables et de qualité, selon les nouvelles estimations de la mortalité infantile et maternelle publiées jeudi par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance et l'Organisation mondiale de la Santé.