Afghanistan : le Conseil des droits de l’homme de l’ONU crée un mandat de Rapporteur spécial

7 octobre 2021

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a condamné, jeudi à Genève, avec la plus grande fermeté toutes les violations des droits humains et du droit humanitaire international commises en Afghanistan. Il a décidé de créer un mandat de Rapporteur spécial pour enquêter sur les violations commises par les Talibans et d’autres parties au conflit dans ce pays.

Le vote de la résolution présentée par l’Union européenne a été accepté par 28 États, cinq contre (Russie, Chine, Erythrée, Venezuela et Pakistan) et 14 abstentions au sein de cet organe de 47 États membres.

L’Expert indépendant onusien doit faire rapport sur l’évolution de la situation des droits humains et formuler des recommandations pour l’améliorer.

Le texte adopté au Palais des Nations à Genève a fustigé tous les abus en Afghanistan, notamment les exécutions sommaires ou extrajudiciaires, les détentions arbitraires, les violences à l’encontre de manifestants pacifiques ou les représailles. Il a également condamné la discrimination à l’égard des femmes et des filles sous toutes ses formes.

Un rapport écrit à la 51e session du Conseil des droits de l’homme

La résolution rappelle aussi que le mariage précoce et forcé d’enfants constitue des violations de leurs droits humains.

Plus largement, le texte exprime la profonde préoccupation du Conseil sur les abus des droits fondamentaux de toutes les femmes et filles, commis par les Talibans et d’autres parties au conflit. La résolution préconise aussi la mise en place d’un gouvernement uni, inclusif.

Par ailleurs, elle demande instamment à la communauté internationale d’adapter davantage son engagement avec tout futur gouvernement afghan, par le respect des droits des femmes et des libertés fondamentales de tous les Afghans. Il s’agit ainsi de conditionner la coopération avec les Talibans par le respect de l’État de droit et de la liberté d’expression.

Le Rapporteur spécial sur l’Afghanistan commencerait à travailler en mars et serait assisté par des experts des Nations unies en analyse juridique, en médecine légale et en droits des femmes. L’Expert indépendant onusien présentera un rapport écrit au Conseil des droits de l’homme à sa 51e session et à la 77e Assemblée générale de l’ONU.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.