Afghanistan : l’ONU déploie tous ses efforts pour acheminer l’aide humanitaire avant l’hiver

6 octobre 2021

Les agences des Nations Unies et les ONG humanitaires en Afghanistan sont engagées dans une course contre la montre pour apporter une aide vitale aux personnes touchées par la crise et prépositionner des fournitures avant l’hiver.

Les Nations Unies et les partenaires humanitaires entendent ainsi intensifier leur réponse à la crise en Afghanistan et appellent tous les donateurs à concrétiser de toute urgence leurs promesses de dons.

« Le peuple afghan ne doit pas payer le prix des échecs collectifs. Il mérite une vie normale dans la paix et la dignité », a déclaré dans un communiqué, le Dr Ramiz Alakbarov, Coordinateur résident et humanitaire des Nations Unies en Afghanistan.

Des millions de personnes en Afghanistan ont été profondément affectées par des décennies de conflits et de déplacements, par la pauvreté chronique, la pandémie de Covid-19, une grave sécheresse, un système de santé défaillant et une économie au bord de l’effondrement.

« L’Afghanistan est en sursis. Au cours de ma longue carrière (à l’ONU), je n’ai jamais vu une crise se dérouler à ce rythme et à cette échelle », a affirmé Mary-Ellen McGroarty, Représentante du Programme alimentaire mondial (PAM) dans ce pays.

De la nourriture est distribuée par le PAM à Herat, dans l'ouest de l'Afghanistan, en août 2021.
@PAM
De la nourriture est distribuée par le PAM à Herat, dans l'ouest de l'Afghanistan, en août 2021.

Plus de 18 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire

Au début de l’année 2021, la situation humanitaire en Afghanistan était déjà l’une des pires crises au monde. Selon l’ONU, près de la moitié de la population - soit plus de 18 millions de personnes - a besoin d’une aide humanitaire. « Nous assistons à un nouveau degré de dénuement alors que la sécheresse et la crise économique font grimper les prix des aliments et du carburant », a ajouté la responsable du PAM.

Le conflit et l’insécurité ont déplacé près de 700.000 personnes dans le pays cette année. Au total, plus de 3,5 millions d’Afghans ont été déracinés par le conflit. Les besoins et les vulnérabilités existants se sont aggravés à la suite des récents événements, et les chocs économiques font basculer de plus en plus de personnes en Afghanistan dans la crise. Dans ces conditions, « faire parvenir de la nourriture aux familles afghanes avant le froid et la rigueur de l’hiver, voilà ce que nous devons faire maintenant ! »

Sur le plan sanitaire, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’inquiète que des flambées de rougeole et de diarrhée aqueuse aiguë s’étendent. La transmission de la Covid-19 se poursuit dans tout le pays. 

Du personnel de l'OIM sensibilise à la Covid-19 dans des communautés de la province d'Hérat, en Afghanistan.
Photo OIM/Muse Mohammed
Du personnel de l'OIM sensibilise à la Covid-19 dans des communautés de la province d'Hérat, en Afghanistan.

Plus de 155.000 cas confirmés de Covid-19 dont 7.214 décès

Selon le dernier décompte de l’OMS, le pays compte 155.309 cas confirmés de Covid-19 dont 7.214 décès. À la date du 30 septembre 2021, un total de 2,36 millions de doses de vaccin ont été administrées dans le pays.

Plus largement, les organismes humanitaires estiment que l’accès à la santé pour les Afghans s’éloigne de plus en plus à l’approche de l’hiver. « Le système immunitaire des enfants est de plus en plus compromis par la malnutrition. Cette combinaison de facteurs profondément troublante entraînera une augmentation des maladies et des décès évitables, à moins que des mesures ne soient prises de toute urgence », a fait valoir le Dr Luo Dapeng, Représentant de l’OMS en Afghanistan.

Face à ces besoins croissants, les Nations Unies et leurs partenaires humanitaires ne ménagent pas leurs efforts pour surmonter les insuffisances financières, les défis logistiques et une situation géopolitique de plus en plus complexe afin de soutenir les millions de femmes, d’hommes et d’enfants en Afghanistan qui dépendent de l’aide humanitaire et de la protection.

Pour un accès humanitaire sans entrave

En septembre, plus de 3,8 millions de personnes ont ainsi reçu une aide alimentaire. Selon l’ONU, 21.000 enfants de moins de cinq ans et 10.000 femmes ont reçu un traitement contre la malnutrition aiguë.

Près de 10.000 enfants ont bénéficié d’activités éducatives communautaires. Plus de 450.000 personnes ont reçu des soins de santé primaires et secondaires tandis que 12.000 personnes ont reçu un soutien d’urgence en matière de santé psychosociale et mentale.

La circulation libre et sûre des biens et du personnel humanitaires dans le pays doit être garantie 

Plus de 32.000 personnes ont reçu des articles non alimentaires, notamment des couvertures et des vêtements chauds pour l’hiver. En septembre dernier, ce sont plus 160.000 agriculteurs et éleveurs, qui ont bénéficié d’un soutien aux moyens de subsistance.

L’ONU note que 186.000 personnes touchées par la sécheresse ont également reçu de l’eau et 150.000 personnes ont bénéficié de kits d’hygiène.

Toutefois ces efforts doivent être accompagnés d’un accès sans entrave, rappelle l'ONU.

La communauté humanitaire en Afghanistan réitère d’ailleurs son engagement à fournir une aide inconditionnelle à des millions de personnes sur la base des besoins, conformément aux principes d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance.

Des femmes à Kaboul, la capitale de l'Afghanistan.
Banque mondiale/Ghullam Abbas Farzami
Des femmes à Kaboul, la capitale de l'Afghanistan.

Les droits des femmes, des filles et des minorités « gravement menacés »

De plus, l’ONU estime que des mesures nécessaires doivent être prises pour assurer une réponse inclusive où tous les travailleurs humanitaires, y compris les femmes, sont libres d’effectuer leur travail qui sauve des vies. D’autant que sur le terrain, les organismes humanitaires constatent que les droits des femmes et des filles, ainsi que ceux des minorités en Afghanistan, sont gravement menacés.

Nous n’épargnerons aucun effort pour répondre aux besoins de toutes les femmes, de tous les hommes et de tous les enfants en Afghanistan - Dr Ramiz Alakbarov, Coordinateur résident et humanitaire des Nations Unies en Afghanistan

« Nous n’épargnerons aucun effort pour répondre aux besoins de toutes les femmes, de tous les hommes et de tous les enfants en Afghanistan. Nous continuerons à défendre les droits des femmes et des filles, et des groupes minoritaires, ainsi que les droits de tous à l’emploi, à la nourriture, aux soins de santé, à l’éducation et à la sécurité », a insisté le Dr Ramiz Alakbarov.

Plus globalement, sans une action urgente, la situation humanitaire continuera à se détériorer en 2022. Les autorités de facto, les États membres des Nations Unies, les donateurs, les organisations humanitaires et les autres parties prenantes doivent se mobiliser immédiatement pour éviter une nouvelle catastrophe humanitaire en Afghanistan.

Empêcher un effondrement socio-économique 

A noter que le 13 septembre dernier, la communauté humanitaire a lancé l’appel éclair pour l’Afghanistan, demandant 606 millions de dollars pour fournir une aide vitale prioritaire à près de 11 millions de personnes. Malgré l’afflux de soutien, des promesses de dons et l’attention mondiale portée à la « situation catastrophique en Afghanistan, l’appel n’est financé qu’à hauteur de 35% ».

Pour l’ONU, les promesses et engagements des donateurs doivent être concrétisés de toute urgence afin que les organisations humanitaires puissent intervenir avant qu’il ne soit trop tard. Les États membres de l’ONU sont également priés d’autoriser la circulation rapide et sans entrave des fournitures et du personnel humanitaires à l’entrée et à la sortie de l’Afghanistan.

Il s’agit ainsi « d’accorder des exemptions financières humanitaires pour permettre aux fonds de parvenir aux organisations humanitaires dans le pays ». « Outre l’aide immédiate pour sauver des vies, la communauté internationale doit agir pour sauver les moyens de subsistance et l’économie locale, renforcer la résilience des communautés et empêcher un effondrement économique et social total dans le pays », a conclu Abdallah Al Dardari, Représentant résident du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) pour l’Afghanistan.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.