Le chef des opérations de maintien de paix de l’ONU promet le soutien de l’ONU aux Sud-Soudanais

13 septembre 2021

Alors qu'il concluait une mission de paix de quatre jours dans la plus jeune nation du monde, le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix des Nations Unies, Jean-Pierre Lacroix, a promis au peuple du Soudan du Sud le soutien total des soldats de la paix et des humanitaires alors qu'il entreprend le difficile passage de la guerre à la paix.

Jean-Pierre Lacroix a été accueilli par une garde d'honneur spéciale fournie par les soldats de la paix chinois à la base de la Maison des Nations Unies à Juba, alors qu'il concluait sa visite de quatre jours dans le pays touché par le conflit. Sa mission consistait à encourager un élan accru dans la mise en œuvre de l'accord de paix.

Trois ans après la signature de l'accord par les parties belligérantes, la mise en œuvre continue de stagner avec des questions clés non résolues, notamment la graduation et le déploiement des forces unifiées ainsi que la réforme plus large du secteur de la sécurité.

Dans un entretien accordé à Radio Miraya, opérée par les Nations Unies, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix a réitéré la nécessité pour les parties de travailler ensemble afin d'accroître la dynamique du processus de paix, ce qui démontrera que la volonté politique existe pour garantir une paix durable.

« Nous nous engageons à soutenir les efforts actuels en faveur de la paix et de la stabilité au Soudan du Sud », a déclaré M. Lacroix. « Nous soutiendrons chaque mesure positive qui sera prise, et nous pensons que la réalisation de l'objectif ultime de paix et de stabilité nécessite un partenariat très solide et digne de confiance entre le gouvernement et les partenaires internationaux ».

Le Soudan du Sud reste l'un des pays les moins développés du monde.
MINUSS
Le Soudan du Sud reste l'un des pays les moins développés du monde.

Insécurité humanitaire, la pire de la décennie

Le chef des opérations de paix de l’ONU a entendu de première main les défis auxquels sont confrontés les représentants des agences humanitaires qui tentent d'aider les communautés à travers le pays, malgré la diminution des ressources. Plus de huit millions de personnes ont besoin d'aide en raison du conflit en cours et de l'impact des pires inondations depuis 60 ans.

Selon les humanitaires, l'insécurité alimentaire est cette année la pire de la décennie, avec 7,2 millions de personnes en situation d'insécurité alimentaire aiguë. Après trois années d'inondations sans précédent, celles de l'année dernière ont été les pires depuis 60 ans, touchant 480 000 personnes.

« Nous assistons également à des conflits infranationaux dans l'ensemble du pays à un moment où, en fait, nous voulons voir se renforcer les gains politiques obtenus depuis la mise en place du gouvernement d'unité l'année dernière », a déclaré le représentant et directeur de pays du Programme alimentaire mondial (PAM), Matthew Hollingworth.

« Nous voulons que cela soit soutenu, car ce n'est qu'à travers la stabilité et la paix que nous allons réellement voir le développement réel et le soutien à plus long terme des humanitaires et avoir l'impact nécessaire pour faire de ce pays une nation plus prospère et plus pacifique », a-t-il ajouté.  

Nyamilow Nangdor, (à gauche) mère de quatre enfants, et Fatai Deng, volontaire en nutrition communautaire, apprennent des techniques agricoles dans un jardin à Bentiu, au Soudan du Sud, (2017)
© UNICEF/Gonzalez Farran
Nyamilow Nangdor, (à gauche) mère de quatre enfants, et Fatai Deng, volontaire en nutrition communautaire, apprennent des techniques agricoles dans un jardin à Bentiu, au Soudan du Sud, (2017)

Liberté d’expression et autonomisation des femmes 

Jean-Pierre Lacroix a également insisté sur la nécessité de créer un environnement sûr pour que la société civile et les médias puissent fonctionner, ce qui est particulièrement important à l'approche des élections.

« C'est très simple. L'ONU défend la liberté d'expression. Nous défendons un espace civique largement ouvert », a-t-il déclaré.
Le Secrétaire général adjoint a aussi réaffirmé la nécessité d'atteindre l'objectif fixé dans l'accord de paix, à savoir une représentation d'au moins 35 % des femmes dans toutes les structures de gouvernance.

« Le rôle des femmes et l'autonomisation des femmes au Sud-Soudan sont absolument essentiels pour parvenir à la paix », a-t-il déclaré.

À l'heure où les crises politiques et humanitaires sont nombreuses dans le monde, l'attention, l'énergie et les ressources financières de la communauté internationale sont plus sollicitées que jamais. Toutefois, le chef des opérations de paix de l’ONU a rassuré les Sud-Soudanais sur le fait que leur situation critique reste une priorité pour les Nations Unies et les pays donateurs.

« La situation ici reste difficile, et nous en sommes conscients », a déclaré M. Lacroix. « Mais je voudrais assurer tout le monde que l'engagement de nos collègues de l'ONU, des collègues impliqués dans les efforts humanitaires, le maintien de la paix, l'aide au développement, la protection des femmes, des filles, des enfants, leur engagement est très, très fort. Nous continuerons à faire de notre mieux pour aider le peuple Sud-Soudanais à aller de l'avant ».

Ce soutien comprend toute la gamme des activités de maintien et de consolidation de la paix, allant de la protection des civils au soutien du processus d'élaboration de la constitution et à la préparation des élections afin que les citoyens Sud-Soudanais aient le droit d'élire leurs dirigeants et de déterminer leur propre avenir.

Cet article a été produit par le bureau de la communication et de l’information à la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS)

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.