Conflit au Tigré : plus de 56.000 Éthiopiens ont trouvé refuge au Soudan (HCR)

5 janvier 2021

Des centaines de réfugiés éthiopiens continuent d’affluer au Soudan pour fuir les violences dans la province du Tigré. Selon l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), quelque 800 personnes ont trouvé refuge à l’est du Soudan lors des premiers jours de 2021.

Depuis début novembre, plus de 56.000 réfugiés éthiopiens ont fui vers le Soudan voisin. Ces réfugiés arrivés tout récemment au Soudan indiquent avoir été pris au piège du conflit et avoir été victimes de divers groupes armés. « Ils ont été confrontés à des situations périlleuses, notamment le pillage de leurs maisons, le recrutement forcé d’hommes et de garçons, la violence sexuelle contre les femmes et les filles », a déclaré Andrej Mahecic, porte-parole du HCR lors d’un point de presse mardi à Genève.

Après parfois plusieurs jours de voyage, les réfugiés arrivent avec très peu d’effets personnels, fatigués et dans des conditions précaires. Le HCR estime que plus de 30% d’entre eux ont moins de 18 ans et 5% plus de 60 ans. « Une fois de plus, le gouvernement du Soudan maintient généreusement sa frontière ouverte aux réfugiés, mais un soutien supplémentaire est nécessaire pour compléter la réponse des autorités », a ajouté M. Mahecic.

Afin de soutenir la réponse du gouvernement soudanais, le HCR et ses partenaires locaux continuent de déplacer les réfugiés de la frontière vers les camps plus à l’intérieur de l’État soudanais de Gedaref. Le camp de réfugiés d’Um Rakuba approchant de sa pleine capacité, l'agence onusienne s’efforce de tranférer rapidement les réfugiés des sites d’accueil à la frontière vers un second camp de réfugiés nouvellement ouvert à Tunaydbah. 

Le HCR entame le transfert de réfugiés éthiopiens vers un nouveau site 

Le nouveau site est situé à quelque 136 kilomètres de la ville de Gedaref. Depuis ce dimanche, près de 600 réfugiés ont été transférés à Tunaydbah depuis le site d’accueil du village 8. Et les transferts depuis le site d’accueil de Hamdayet devraient commencer également cette semaine. Les deux sites d’accueil sont surpeuplés et leur proximité de la frontière met « de plus en plus en danger la sécurité des réfugiés ».

Plus largement, le HCR et ses partenaires intensifient leurs actions pour répondre aux besoins de la population croissante de réfugiés. Actuellement, plus de 20 partenaires humanitaires sont sur le terrain à Um Rakuba. Et six autres commencent leurs activités à Tunaydbah pour aider et engager les réfugiés et la communauté d’accueil dans des services d’hébergement, de santé, d’alimentation et de nutrition.

Sur tous les sites des réfugiés, l’urgence est d’améliorer les conditions d’eau et d’assainissement dans les camps de réfugiés et les zones d’accueil, ainsi que de renforcer les mesures de prévention à la Covid-19, y compris les installations d’isolement.

Mais pour améliorer les conditions de vie des réfugiés dans les camps, le HCR estime qu’un financement supplémentaire est nécessaire pour soutenir les projets d’hébergement, en prévision de la prochaine saison des pluies qui devrait commencer en mai. À la fin de 2020, 40 millions de dollars ont été promis au HCR pour sa réponse régionale à l’urgence dans la région du Tigré en Éthiopie. Une somme qui ne couvre que 37% des besoins financiers humanitaires au Soudan, en Éthiopie et à Djibouti.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Province du Tigré : plus de 54.000 personnes ont déjà fui l’Ethiopie pour se réfugier au Soudan

Des civils continuent de fuir les combats entre l’armée éthiopienne et les forces de la province du Tigré, pour se réfugier à l’est du Soudan voisin. Plus de 54.000 personnes ont déjà franchi la frontière entre l’Éthiopie et le Soudan, selon le dernier décompte établi le 28 décembre par l’Agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR).