Quel est le moteur de la reprise économique mondiale post-pandémique?

28 juin 2020

Alors que les gouvernements tentent de relancer leurs économies, les Nations Unies appellent à ce que les plans de relance s'articulent autour de technologies à faible intensité de carbone, afin d'éviter un retour à un statu quo basé sur les combustibles fossiles.

Certains des pays et régions à l'avant-garde de ce passage complet aux énergies renouvelables sont des îles, où la nécessité d'éviter le coût important de l'importation de combustibles fossiles, tels que le pétrole et le gaz, constitue une motivation supplémentaire.

L'île Maurice, par exemple, prévoit de produire plus d'un tiers de son électricité à partir de sources renouvelables au cours des cinq prochaines années. Les projets soutenus par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) seront une partie importante de cette transition, apportant 25 mégawatts d'énergie solaire supplémentaires à Maurice, y compris un mini réseau électrique à Agalega, une des îles extérieures.

En plus de réduire la pollution, ce passage à l'énergie propre devrait contribuer à la reprise économique, avec de nouveaux emplois dans des domaines tels que la production, l'installation et la maintenance d'équipements d'énergie renouvelable, des panneaux solaires aux batteries et aux éoliennes.

Un autre avantage est la sécurité énergétique : avec une telle dépendance vis-à-vis des importations de pétrole, les fluctuations de prix peuvent rendre difficile l'établissement d'un budget, et toute interruption de l'approvisionnement peut avoir de graves conséquences. L'énergie « domestique » produite à partir de sources renouvelables peut rendre le réseau énergétique plus fiable et plus résistant.

L'État américain d'Hawaï, dans le Pacifique, prévoit d'aller encore plus loin et de devenir un pionnier pour le reste des États-Unis, en passant à une énergie entièrement renouvelable d'ici 2045, comme l'a expliqué le gouverneur de l'État d'Hawaï, David Ige, à ONU Info.

« Au moment où nous avons promulgué la loi pour nous engager à 100 % d'énergies renouvelables, aucune autre communauté n'avait fait quelque chose de similaire et à l'Association nationale des gouverneurs, les gens étaient généralement très surpris », a-t-il déclaré.

« Ils pensaient que c'était tellement hors de question que c'était une entreprise stupide. Aujourd'hui, la Californie a adopté l'engagement d'une énergie renouvelable propre à 100 % et d'autres États envisagent de faire de même. Je suis fier qu'Hawaii ait vraiment inspiré d'autres États et communautés ».

Alors que les économies se remettent de la pandémie, il sera essentiel de suivre ces exemples pour renverser la vapeur. Comme le montre un nouveau rapport de REN21 - un groupe de réflexion sur les énergies renouvelables qui compte parmi ses membres le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) -, des progrès remarquables ont été réalisés par l'industrie des énergies renouvelables, dont les coûts diminuent et l'utilisation des énergies propres augmente.

Phto : PNUD Maurice/Stéphane Bellero
Jasvirsing Jeetul travaille comme technicien photovoltaïque, assurant la maintenance des panneaux de la ferme solaire d'Henrietta.

Cependant, cette bonne nouvelle est actuellement compensée par le fait que la consommation mondiale d'énergie augmente et qu'elle est alimentée, pour l'essentiel, par des combustibles fossiles. Suite à la publication du rapport, le 16 juin, Rana Adib, directrice exécutive du REN21, a souligné le fait que la baisse des émissions liées à la pandémie n'a guère d'incidence sur le problème à long terme du changement climatique et qu'une révision de l'ensemble du système énergétique est nécessaire :

« Même si les verrouillages devaient se poursuivre pendant une décennie, le changement ne serait pas suffisant. Au rythme actuel, avec le système actuel et les règles du marché, il faudrait une éternité au monde pour se rapprocher d'un système sans carbone ».

Le rapport avertit que de nombreux programmes de relance comprennent des engagements à s'en tenir à des systèmes de combustibles fossiles sales et polluants : alors que certains pays éliminent progressivement le charbon, d'autres continuent à investir dans de nouvelles centrales au charbon. En outre, le financement des projets de combustibles fossiles par les banques privées a augmenté chaque année depuis la signature de l'accord de Paris sur le climat de 2015, pour atteindre un total de quelque 2 700 milliards de dollars au cours des trois dernières années.

« Certains favorisent directement le gaz naturel, le charbon ou le pétrole. D'autres, bien que se réclamant de l'écologie, construisent le toit et oublient les fondations », a averti Mme Adib. «Prenez les voitures électriques et l'hydrogène, par exemple. Ces technologies ne sont vertes que si elles sont alimentées par des énergies renouvelables ».

Propreté et rentabilité

Néanmoins, Maurice et Hawaï montrent qu'une option verte est non seulement possible, mais qu'elle est en fait plus avantageuse qu'un plan de relance basé sur les combustibles fossiles, surtout si l'on tient compte des coûts réels, notamment la pollution atmosphérique, les effets du changement climatique et la congestion du trafic.

Un nouveau livre de la Banque mondiale, intitulé  « Technology Transfer and Innovation for Low-carbon Development », montre que la plupart des réductions d'émissions nécessaires pour maintenir le réchauffement climatique à 1,5 degré au-dessus des niveaux préindustriels peuvent être réalisées si les technologies à faible teneur en carbone existantes et commercialement éprouvées sont adoptées à grande échelle.

photo : PNUE
Une centrale à charbon, à Tuzla, en Bosnie-Herzégovine.

Comme l'explique Inger Andersen, Directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), « les énergies renouvelables sont aujourd'hui plus rentables que jamais, ce qui permet de donner la priorité aux plans de relance économique propres et de rapprocher le monde de la réalisation des objectifs de l'accord de Paris. Les énergies renouvelables sont un pilier essentiel d'une reprise saine, sûre et verte Covid-19 qui ne laisse personne derrière ».

Lorsque le rapport Tendances mondiales des investissements dans les énergies renouvelables en 2020, publié en juin par le PNUE, l'École de Francfort et Bloomberg New Energy Finance, a mis en évidence la chute des coûts de l'énergie propre, soulignant que « l'investissement dans les énergies renouvelables permettra d'acheter plus de capacités de production que jamais auparavant » et aidera les pays à mettre en œuvre des mesures climatiques plus énergiques  ».

« Si les gouvernements profitent de la chute constante du prix des énergies renouvelables pour placer l'énergie propre au cœur de la relance économique Covid-19, au lieu de subventionner la relance des industries des combustibles fossiles », a déclaré Mme Andersen, « ils peuvent faire un grand pas vers l'énergie propre et un monde naturel sain, ce qui est en fin de compte la meilleure police d'assurance contre les pandémies mondiales ».

Une opportunité pour un monde plus propre

Le ralentissement économique résultant de la pandémie de Covid-19 a entraîné une baisse significative des émissions de gaz à effet de serre nocifs et, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), l'année 2020 verra une baisse d'environ 8 %.

Cela nous a donné une idée de ce à quoi pourrait ressembler un monde plus propre, mais ce n'est qu'un répit temporaire : il a également eu des conséquences dévastatrices, notamment la fermeture de secteurs entiers, et le chômage de millions de personnes.

Aujourd'hui, avec des pays et des régions comme l'île Maurice et Hawaï qui investissent dans des politiques, des programmes et des initiatives visant à remettre les gens au travail, il est possible d'adopter une approche plus durable, avec les technologies renouvelables en son cœur. La question est de savoir si la communauté internationale va saisir cette opportunité, ou s'en tenir au diable qu'elle connaît.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Vers une demande accrue de matières premières pour les batteries des voitures électriques (CNUCED)

Derrière la voiture électrique, ce sont des matériaux comme le cobalt, le lithium, le cuivre, le nickel ou les terres rares qui mènent à la batterie lithium-ion. Et avec l’explosion des besoins due au boom des voitures électriques, 23 millions de véhicules particuliers devraient être produits d’ici 2030, annonce ce mercredi la CNUCED.