Lutte contre la pauvreté : face aux grands problèmes, chaque petite action compte

27 décembre 2019

Chris Mburu est le nouveau Coordonnateur Résident des Nations Unies en République du Congo. Dans un entretien avec ONU info, ce Kenyan fort de 20 ans d’expérience au sein des Nations Unies revient sur son parcours et les raisons qui l’ont motivé à dédier sa carrière professionnelle au service de la luttre contre la pauvreté.

« Je suis très chanceux de travailler avec les Nations Unies, une organisation qui est dévouée à travailler pour les plus pauvres, une organisation qui a les mêmes objectifs que ma vie personnelle », affirme le nouveau Coordonnateur Résident de l’ONU pour la République du Congo, Chris Mburu. « Pour moi ce n’est pas simplement un travail, c’est un combat pour aider les pauvres », précise-t-il.

Fonctionnaire des Nations Unies depuis plus de 20 ans, ce Kenyan dynamique et fervent défenseur du droit à l’éducation est également le lauréat 2019 du prix Eleanor Roosevelt pour les droits de l’homme. Un prix décerné chaque année « à des personnes qui croient aux objectifs des Nations Unies et qui apportent des changements positifs et durables dans leur travail ». 

Nous avons profité de son passage au siège de l’ONU, à quelques jours de sa prise de fonction à Brazzaville, pour découvrir son parcours inspirant et exceptionnel.

Des origines humbles au summum de l’éducation

 « Je suis né dans un village rural du Kenya…partout il y avait la pauvreté... et ma famille était très démunie donc j’avais beaucoup de difficulté à aller à l’école parce que c’était payant », raconte M. Mburu.

« Je ne savais pas qu’on était pauvre, mais ma mère se souciait du fait que je ne puisse pas finir l’école », se souvient-il.

La maman du jeune Chris est alors partie chercher de l’aide auprès des organisations caritatives présentes au Kenya et a trouvé une oreille auprès de la Swedish Sponsorship Scheme, une fondation qui aide les enfants brillants de familles pauvres de ce pays d’Afrique de l’Est. Au regard des résultats scolaires de Chris, la fondation a décidé de le parrainer.

« Une dame suédoise qui s’appelle, Hilde Back, a payé ma scolarité et grâce à cela j’ai eu la grande opportunité de faire mes études secondaires, d’étudier le droit à l’Université de Nairobi, et ensuite d’intégrer Harvard University », explique M. Mburu.

« Quand j’ai décroché mon diplôme à Harvard, je me suis dit il faut que j’aille chercher cette femme qui a changé ma vie. On s’est rencontré pour la première fois, 35 ans après. C’était très émouvant », partage M. Mburu.
 

Saisie d'écran
Fondation Hilde Back pour l'Éducation, une fondation pour aider les enfants au Kenya qui ne peuvent pas se permettre de payer leur scolarité.

Donnant, donnant

 Après ses études, Chris Mburu commence sa carrière professionnelle à Amnesty International et au International Human Rights Law Group, avant de rejoindre l'équipe des Nations Unies chargée du maintien de la paix et des droits humains avec qui il a servi dans plusieurs pays africains : en Sierra Leone, en République démocratique du Congo (RDC), en Érythrée, au Cameroun, au Burundi et au Rwanda, où il a été nommé Conseiller Senior aux droits de l’homme en 2011.

« Ma vie a complètement changé. Je me suis dit qu’il fallait que je fasse quelque chose de similaire à ce que Hilde Back a fait pour moi, et j’ai créé une fondation en son nom ‘Hilde Back Foundation’, pour aider les enfants au Kenya qui se trouvaient dans la même situation dans laquelle je me suis trouvé il y a 40 ans », explique M.Mburu. Ses activités caricatives lui ont valu le prix Eleanor Roosevelt lui a été octroyé cette année.

Des leçons de vie à partager

 Chris Mburu a tiré des leçons de vie importantes de son parcours et de l’exemple de Hilde Back.

« Notre monde aujourd’hui est confronté à beaucoup de problèmes, et souvent quand on les regarde on se demande : « Qu’est-ce que je peux faire pour résoudre ce problème, pour contribuer à la résolution de ce problème ? », dit M. Mburu. « Mais l’action de Hilde Back m’a enseigné qu’il ne faut pas se décourager devant les problèmes. Il faut juste choisir une petite action que vous pouvez faire pour contribuer à la résolution de ce problème », partage-t-il. 

Pour lui, c’est à base de petites actions qu’à la longue le problème plus large sera résolu.
 

Chris Mburu
Chris Mburu, lauréat, Prix Eleanor Roosevelt 2019 pour les droits de l'homme

Plus qu’un travail

 Selon M. Mburu, ses expériences lui ont donné la passion qu’il intègre dans son travail et notamment dans la poursuite de l’objectif numéro 4 des Objectifs de développement durable (ODD), portant sur la promotion de l’éducation.

« Les Nations Unies font exactement ce que je fais dans ma vie personnelle et cela a fusionné. Et c’est pour cela que je suis content que même dans mes nouvelles fonctions, je vais pouvoir promouvoir les objectifs des Nations Unies et en même temps promouvoir les objectifs que je me suis fixé personnellement, l’objectif 4 », soutient-il. « Pour moi ce n’est pas simplement un travail, c’est un combat pour aider les pauvres ».

En prenant ses nouvelle fonctions en tant que Coordonnateur Résident des Nations Unies pour la République du Congo, M. Mburu compte d’abords entamé « une période d’écoute »  pour entendre « toutes les couches de la population : les gouvernements, les agences, la société civile, tout le monde ».

« Je vais étudier et écouter beaucoup, avant de me lancer pour me focaliser sur les objectifs qui sont réellement choisis par le pays », souligne-t-il.

 

 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.