L’ONU et ses partenaires déplorent les conditions de travail difficiles des travailleurs de l’assainissement

14 novembre 2019

Un rapport conjoint de l’Organisation internationale du Travail (OIT), de la Banque mondiale, de l’Organisation mondiale de la santé et de WaterAid met en évidence les conditions de travail indignes et dangereuses des travailleurs du secteur de l’assainissement dans nombre de pays en développement.

Le rapport, publié à l’occasion de la Journée mondiale des toilettes  le 19 novembre, est à ce jour l’analyse la plus poussée du sort des travailleurs de l’assainissement dans le monde en développement.

Le document s’appuie sur une étude consacrée aux travailleurs du secteur de l’assainissement, menée en Afrique du Sud, au Bangladesh, en Bolivie, au Burkina Faso, en Haïti, en Inde, au Kenya, en Ouganda et au Sénégal.

« Les politiques, les lois et les règlements touchant aux travailleurs du secteur de l’assainissement sont inexistants ou tendent à être insuffisants, ne couvrant que certaines catégories de travailleurs, ou ne bénéficient pas d’un financement ou de mécanismes d’application suffisants », a déclaré Alette Van Leur, Directrice du département des politiques sectorielles à l’OIT.

Les politiques, les lois et les règlements touchant aux travailleurs du secteur de l’assainissement sont inexistants ou tendent à être insuffisants - Alette Van Leur (OIT)

Selon le rapport, la plupart des travailleurs du secteur de l’assainissement se trouvent dans l’économie informelle, privés de protection sociale et de leurs droits. Seuls des efforts limités ont été consentis pour comprendre leurs problèmes ou pour documenter les bonnes pratiques et élaborer des approches, des politiques, des normes et des réglementations en vue d’améliorer leurs conditions de travail.

Les travailleurs du secteur de l’assainissement, qu’ils nettoient les toilettes, vident les fosses septiques, curent les égouts et les regards ou fassent fonctionner les stations de pompage et les usines de traitement des eaux, sont généralement exposés à de très dangereux pathogènes fécaux dans leur travail quotidien. Ils peuvent aussi être exposés à des risques chimiques ou physiques.

Les éboueurs manuels, par exemple, sont exposés à de sérieux risques pour leur santé, tels que le choléra, la typhoïde et l’hépatite, ainsi qu’à des gaz toxiques comme l’ammoniaque et le monoxyde de carbone. Dans les pays d’Asie du Sud, la récupération manuelle des déchets est très répandue.

Les conditions de travail dangereuses sont aussi fréquentes chez les vidangeurs manuels ou mécaniques de fosses septiques et de latrines, ainsi que dans les entreprises qui assurent la maintenance des égouts, des stations de pompage et de traitement des eaux usées, là où la formation des ouvriers est souvent inexistante ou insuffisante.

Mieux défendre les travailleurs

Le rapport fait quatre recommandations principales. Il invite notamment à réformer les politiques, législations et réglementations afin de professionnaliser la main-d’œuvre du secteur de l’assainissement. Il incite aussi à élaborer et adopter des directives opérationnelles pour évaluer et maîtriser les risques professionnels de tous les types de travaux d’assainissement.

Le document recommande également de défendre les travailleurs du secteur de l’assainissement et promouvoir leurs moyens d’action pour protéger leurs droits en tant que travailleurs ainsi que de constituer une base de données et documenter les problèmes auxquels font face les travailleurs du secteur.

Des gens meurent tous les jours en raison d’un mauvais assainissement et de conditions de travail dangereuses. Nous ne pouvons pas tolérer que cela continue ainsi - Tim Wainwright (WaterAid)

Par ailleurs, le rapport engage les gouvernements à ratifier les conventions de l’OIT concernant la santé et la sécurité des travailleurs du secteur de l’assainissement et à les appliquer.

« Tout le monde va aux toilettes et tout le monde risque d’attraper une maladie hydrique mortelle si l’eau n’est pas correctement traitée. Les travailleurs du secteur de l’assainissement assument donc l’un des rôles les plus importants dans la société », a déclaré Tim Wainwright, Président de WaterAid.

« Il est particulièrement choquant de constater que les travailleurs de l’assainissement sont forcés de travailler dans des conditions qui mettent leur santé et leur vie en péril, qu’ils sont en butte à l’ostracisme et à la marginalisation, au lieu de disposer d’un équipement adéquat et de voir reconnu le travail vital qu’ils effectuent. Des gens meurent tous les jours en raison d’un mauvais assainissement et de conditions de travail dangereuses. Nous ne pouvons pas tolérer que cela continue ainsi », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’ONU, partenaire du prochain Forum mondial de l'eau au Sénégal

La Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (UNECE) a conclu un accord de coopération stratégique avec le Secrétariat exécutif du Forum mondial de l'eau dont la prochaine réunion se tiendra en mars 2021 à Dakar, la capitale du Sénégal.