L’AIEA plaide pour un accroissement de l'énergie nucléaire pour lutter contre le changement climatique

7 octobre 2019

Si on n’augmente pas de manière significative l'utilisation de l'énergie nucléaire dans le monde, il sera difficile d'atteindre l'objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de lutte contre le changement climatique, a déclaré lundi le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Cornel Feruta, le Directeur général par intérim de l'agence, s'exprimait à Vienne, à l'ouverture de la toute première conférence internationale sur le changement climatique et le rôle de l'énergie nucléaire.

Elle a réuni quelque 550 participants de 79 pays et 18 organisations internationales pour échanger des informations scientifiques et discuter du rôle que peut jouer l'énergie nucléaire dans l'atténuation de la crise climatique.

L'AIEA a souligné que l'énergie nucléaire représentait environ un tiers de toute l'électricité à faible intensité de carbone, ne produisant pratiquement pas de gaz à effet de serre, et environ 10% de l'électricité totale produite dans le monde.

La question des déchets radioactifs

L’AIEA a toutefois reconnu que l’opinion publique était toujours préoccupée par les dangers potentiels pour la santé et l’environnement causés par les déchets radioactifs des centrales nucléaires. M. Feruta a déclaré que les progrès réalisés en matière d’élimination de ces déchets pourraient atténuer les craintes quant à la durabilité à long terme de cette source d'énergie.

Lors de la conférence, Liu Zhenmin, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires économiques et sociales, a repris à son compte les propos de M. Feruta et a déclaré que le problème des déchets radioactifs était une « question non résolue », à laquelle il fallait trouver une réponse.

Dans son discours liminaire, M. Zhenmin a également évoqué la sécurité nucléaire, qu'il a décrite comme « une préoccupation publique majeure, en particulier après les accidents de Fukushima et les craintes liées au terrorisme ».

Les coûts initiaux élevés de l'énergie nucléaire restent un problème important, a poursuivi M. Zhenmin, tandis que les prix des énergies renouvelables, telles que le solaire et l'éolien, continuent de baisser, devenant de plus en plus compétitifs par rapport aux sources classiques à base de combustibles fossiles. La prise en charge des coûts d’investissement liés à la construction de centrales nucléaires nécessitera que les gouvernements s’impliquent et que l’opinion publique l’accepte.

Le rôle important de la technologie nucléaire dans la société

La technologie nucléaire joue un rôle important et positif dans la société, a ajouté M. Zhenmin. Il a souligné certains des avantages, tels que la surveillance de la pollution et l’aide au diagnostic et au traitement des cancers et d’autres maladies graves. Il a souligné que la technologie des radiations permettait d’empêcher la nourriture de se gâter et de créer de nouvelles variétés de cultures favorisant l’adaptation au changement climatique.

M. Feruta et M. Zhenmin ont tous deux évoqué les travaux du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) chargé de fournir des rapports scientifiques objectifs sur le changement climatique. Ces rapports ont montré que de profonds changements dans la manière de produire de l'énergie doivent avoir lieu si nous voulons limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels.

Dans ses différents modèles d’avenir énergétique durable, le GIEC a prévu une augmentation significative de la production d’énergie nucléaire d’ici 2050, allant d’une augmentation de 59% à 501%.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Changement climatique : le chef de l’ONU appelle à nouvelle révolution énergétique porteuse de solutions

Lors d’un sommet organisé par l’Autriche, le Secrétaire général des Nations Unies a mis en garde mardi contre la « menace existentielle » que représente le changement climatique et appelé à une « ambition accrue » pour mettre en œuvre l’Accord de Paris.