En RCA, le chef des opérations de paix plaide pour une accélération de la mise en oeuvre de l’accord de paix

6 octobre 2019

Une délégation de haut niveau de l’ONU, de l’Union africaine et de l’Union européenne est en visite ce weekend en République centrafricaine pour aider à accélérer la mise en oeuvre de l’accord de paix signé en février par le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés.

« Nous sommes venus pour écouter tout le monde, tous ceux qui sont partie prenante, et puis regarder ce qu’il faut faire, les points d’intention, et voir comment on peut aider pour accélérer la mise en œuvre de l’accord de paix », a déclaré le Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, cité par la Mission des Nations Unies en RCA (MINUSCA).

Outre M. Lacroix, la délégation est composée du Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, Smail Chergui, et le Directeur général pour l’Afrique du Service européen pour l'action extérieure de l'Union européenne, Koen Varvaeke. La délégation est arrivée en République centrafricaine vendredi 4 octobre.

Cette visite de travail de trois jours s’inscrit dans le prolongement de celle effectuée du 14 au 18 avril 2019, après la signature de l’accord de paix.

« Nous sommes de retour cette fois-ci pour faire le point sur la mise en œuvre de l’accord de paix et voir quels sont les défis que nous devons relever conjointement avec les autorités du pays », a déclaré Smail Chergui, à l’arrivée de la délégation. « Les trois organisations sont engagées ensemble pour faire aboutir cet accord et s’assurer que toutes les parties remplissent ce qui est attendu d’elles ».

La délégation a assisté vendredi au quartier général de la MINUSCA à un hommage aux trois Casques bleus sénégalais décédés fin septembre dans un accident d’hélicoptère, à Bouar, en raison du mauvais temps.

Le succès de l'accord de paix dépendra de l'engagement de chacun et de tous - Jean-Pierre Lacroix

Lors de sa visite, la délégation a notamment rencontré le Président Faustin-Archange Touadéra, d’autres responsables du gouvernement, des dirigeants des partis politiques, des représentants de la société civile, et les garants et facilitateurs de l’accord de paix.

Ces rencontres ont été l’occasion « de rappeler que le succès de l'accord de paix dépendra de l'engagement de chacun et de tous », a dit Jean-Pierre Lacroix dans un message sur son compte Twitter.

Faisant référence aux éléctions générales prévues en décembre 2020, il a jugé « fondamental que ces élections se tiennent ». « Je crois que l’alternative à la tenue d’élections libres et équitables dans les temps, ce serait le retour vers le chaos, le retour en arrière et l’effacement de tout ce qui a été construit depuis lors », a-t-il dit dans un autre message sur Twitter. 

La délégation devait se rendre également à Birao, théâtre d’affrontements récents pour une évaluation de la situation, et pour exhorter les différentes parties à la cessation des hostilités et au respect total des engagements pris dans le cadre de l’accord de paix.

 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’ONU appelle à faire « beaucoup plus » en République centrafricaine pour garantir une paix durable

Lors d’une réunion de haut niveau sur la République centrafricaine (RCA) à New York en marge du débat général de l’Assemblée générale, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a estimé que les partenaires internationaux de ce pays devaient faire « beaucoup plus » pour garantir une stabilité et une paix durable.