António Guterres : « Le changement climatique menace la paix dans le monde »

20 septembre 2019

A trois jours du Sommet Action Climat, le chef de l’ONU a alerté sur la menace que représente le changement climatique pour la paix dans le monde.

La cloche de la paix a retenti vendredi matin dans le jardin japonais du siège de l’ONU pour marquer la Journée internationale de la paix. L’occasion pour António Guterres de rappeler que « la paix est l’objectif qui unit les Nations Unies », à quelques jours du débat général de l’Assemblée générale qui réunira les dirigeants du monde entier à partir de mardi.

Une paix qui reste malheureusement hors de portée pour de nombreuses personnes et communautés, a-t-il déploré. « Partout dans le monde, nous voyons des conflits, des tensions croissantes, des rapports de forces peu clairs et une insécurité en hausse », a déploré le Secrétaire général de l’ONU lors d’une cérémonie organisée pour marquer la Journée.

Cette année, le thème de la Journée internationale de la paix est l’action pour le climat. « Nous savons à quel point le changement climatique menace la paix dans le monde », a souligné António Guterres, alors que les dirigeants du monde entier sont attendus le 23 septembre à l’ONU pour le Sommet Action Climat avec des propositions concrètes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et limiter la hausse des températures à moins de 1,5 degré Celsius.

Le lien entre le climat et la paix est une réalité

Dans la lutte contre le changement climatique, António Guterres a rappelé que le monde est « dans une course contre la montre » et que le lien entre le climat et la paix est une réalité.

Le Secrétaire général a rappelé que les pays les plus vulnérables au changement climatique sont aussi ceux les plus à risque de basculer ou de rester dans une situation de conflit. Il a notamment cité le cas de la région africaine du Sahel où le changement climatique engendre la sécheresse qui à son tour alimente la concurrence et les tensions entre agriculteurs et éleveurs pour les ressources rares et facilite la propagation du terrorisme.

« La nature est en colère », a dit le chef de l’ONU devant des étudiants réunis au siège de l'Organisation pour la Journée de la paix. « Nous devons faire la paix avec la nature et le fait que nous ne le fassions pas et que la nature soit en colère crée également plus de conflits entre les gens », a-t-il alerté.

Emmanuel Rouy - Lycée Français de New York
Des élèves de CM1 et de CM2 de l’école primaire du Lycée français de New York manifestent pour le climat dans le quartier Upper East Side de la ville.

Ce vendredi, des millions d’écoliers et d’étudiants devaient manifester aux quatre coins du monde pour réclamer aux dirigeants de tous les pays des actions concrètes pour protéger le climat. « Les jeunes disent clairement à ma génération qu'il faut changer de cap et le faire maintenant. Et ils le disent très fort », a déclaré António Guterres.

Deux jours avant le Sommet Action Climat, l’ONU organisera samedi un sommet de la jeunesse pour le climat qui réunira des centaines de jeunes activistes du monde entier mobilisés contre le changement climatique. Une « présence très importante pour notre travail », a dit le Secrétaire général pour qui le leadership des jeunes est essentiel pour « veiller à ce que ma génération agisse comme il convient ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le monde respecte-t-il ses engagements climatiques ?

Alors que les Nations Unies s'apprêtent à accueillir le Sommet d'action sur le climat lundi prochain à New York, quels progrès le monde fait-il dans la lutte contre la crise climatique, et comment ces progrès sont-ils mesurés ?