Climat : le PNUD va aider 100 pays à réduire davantage leurs émissions de gaz à effet de serre

18 septembre 2019

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) va aider 100 pays à améliorer leurs plans de réduction d’émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020 dans le cadre des efforts pour lutter contre le changement climatique.

‘Ambition, accélération et mobilisation’ : la stratégie du PNUD pour guider les Etats à réduire leurs émissions d’ici l’année prochaine se résume à ces trois mots. « Nous devons parler moins et agir plus », a déclaré mercredi l’Administrateur du PNUD, Achim Steiner. « A la suite de l'appel à agir pour le climat du Secrétaire général, nous aidons les pays à concrétiser leur engagement en faveur du climat », a-t-il ajouté.

Les Nations Unies ont présenté mercredi un rapport faisant le point sur les engagements pris par 130 gouvernements pour agir contre le changement climatique à quelques jours du sommet sur le climat qui se tiendra le 23 septembre au siège de l’ONU à New York.

Produit conjointement par le PNUD et le Secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC), le rapport est porteur d’une bonne nouvelle à nuancer : l'action pour le climat s’est accélérée mais des efforts supplémentaires sont nécessaires.

De plus en plus de gouvernements, de villes et d'entreprises font preuve d’ambition en alignant leurs plans, leurs politiques et leurs projections sur l'Accord de Paris sur le climat signé en 2015. Selon le rapport de l’ONU, des signes prometteurs se dessinent aux quatre coins du monde

« La moitié de la population mondiale est engagée dans une transformation proactive de leurs économies vers des systèmes à faibles émissions de carbone », a déclaré M. Steiner. Le PNUD est engagé dans 170 pays à protéger la planète et ses habitants : 27 millions de personnes sont équipées pour faire face au changement climatique et six milliards de dollars ont été attribués à des projets sur l’énergie durable.

Il reste encore beaucoup à faire

Mais il reste encore beaucoup à faire pour limiter les émissions et s’adapter à l’aggravation des effets du changement climatique, souligne le PNUD.

En 2020, les pays doivent réviser leurs contributions nationales déterminées en matière de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. Les pays en développement sont à l'avant-garde de ces préparatifs. Au moins 112 d’entre eux, représentant 53% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, œuvrent en matière. Ils comprennent bon nombre des Etats les plus vulnérables au changement climatique.

Au sein de ce groupe, 75 montrent l'exemple et prévoient de présenter des plans plus ambitieux visant à réduire les gaz à effet de serre ou à renforcer leur résilience au changement climatique. Les autres prévoient de mettre à jour les données et informations clés sans pour autant prendre de mesures supplémentaires en matière de lutte contre le changement climatique.

Dans le même temps, les pays industrialisés se sont davantage concentrés sur l’élaboration de stratégies à long terme visant à éliminer les gaz à effet de serre d’ici 2050. Ces stratégies sont également essentielles pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, mais elles doivent désormais être assorties de mesures urgentes dans l’immédiat, estime le PNUD et la CCNUCC.

« Nous avons une fenêtre d'opportunité pour agir. Le nouveau rapport du PNUD et de la CCNUCC montre l’analyse la plus détaillée à ce jour des actions que mènent les pays les plus vulnérables du monde dans l’action pour le climat », a pour sa part déclaré Amina J. Mohammed, la Vice-Secrétaire générale de l’ONU.

Mme Mohammed espère que le nouveau rapport du PNUD et de la CCNUCC encouragera les pays qui ne se sont pas encore décidés, « en particulier les pays grands émetteurs (de gaz à effet de serre) », à se montrer plus ambitieux.

Le Sommet Action Climat du 23 septembre donnera la mesure des engagements pris par les Etats membres pour lutter concrètement contre le changement climatique et protéger les générations futures.

Une action pour le climat qui doit permettre de « construire la confiance entre la génération d’adultes d’aujourd’hui et la prochaine, entre nos enfants et nous », a souligné Mme Mohammed.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Dette, climat et inégalités : le PNUD appelle à l'action aux réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale

Un financement accru et un leadership audacieux sont nécessaires de toute urgence pour lutter contre le changement climatique, les inégalités et l'endettement, alors que l'augmentation des risques et des vulnérabilités menace la croissance économique au niveau mondial, a déclaré samedi le chef du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Achim Steiner, lors des réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) à Washington.