RCA : un groupe armé signe un plan d'action avec l’ONU pour protéger les enfants

3 septembre 2019

La responsable de l’ONU pour les enfants et les conflits armés a salué mardi la signature par le groupe armé Unité pour la paix en Centrafrique (UPC) d’un plan d’action avec les Nations Unies pour mettre fin aux violations graves contre les enfants et les prévenir.

Ce nouveau plan d'action, le troisième à être signé en République centrafricaine (RCA) par un groupe armé appartenant à la coalition ex-Séléka, couvre les quatre violations pour lesquelles l'UPC est répertoriée, à savoir le recrutement et l'utilisation d'enfants, les meurtres et mutilations, le viol et autres formes de violences sexuelles et les attaques contre les écoles et les hôpitaux.

« Mettre un terme et prévenir les violations graves contre les enfants en République centrafricaine et dans le monde est de la plus haute importance. Les plans d'action sont des outils puissants en ce sens, assortis de mesures concrètes et d’échéanciers pour mieux protéger les enfants », a déclaré Virginia Gamba, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour les enfants et les conflits armés.

Mme Gamba a assuré que « l'ONU et ses partenaires appuieront la mise en œuvre de ce nouveau plan d'action en République centrafricaine ».

Dans le cadre du plan d'action, l'UPC devra prendre une série de mesures visant à mettre un terme aux violations graves et à les prévenir telles que la libération de tous les enfants associés, la publication de directives interdisant les graves violations des droits de l'enfant, ainsi que la facilitation du transfert à la justice des commandants et des éléments responsables d'infractions graves contre des enfants.

La Représentante spéciale s’est dit encouragée par le processus de paix de février 2019 en RCA qui offre davantage de possibilités d'engagement et de mesures concrètes entre l'ONU et les groupes armés signataires. Elle a encouragé les groupes armés à continuer de prendre des mesures pour mettre fin aux violations graves des droits de l'enfant et à prévenir celles-ci, par exemple en émettant des ordres de commandement interdisant le recrutement et l'utilisation d'enfants et en adhérent à des plans d'action.

« Les processus de paix offrent des possibilités de progrès réels pour la sécurité et le bien-être des garçons et des filles et nous devons saisir ces occasions. Dans plusieurs contextes, y compris en République centrafricaine, les engagements visant à renforcer la protection des enfants sont liés aux efforts des processus de paix », a-t-elle déclaré, ajoutant que l'intégration de mesures de protection des enfants dans les processus de paix pouvait servir de mesure de renforcement de la confiance entre les parties aux négociations.

Néanmoins, des centaines d'enfants continuent d'être affectés par le conflit armé en RCA. La Représentante spéciale a appelé toutes les parties à mettre en œuvre rapidement les dispositions de l'accord de paix du 6 février relatives à la cessation des hostilités qui traitent des six violations graves contre les enfants. Elle a également appelé la communauté internationale à continuer à soutenir politiquement et financièrement la réintégration des anciens enfants soldats dans le cadre des efforts de consolidation de la paix et de développement.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En RCA, 3 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire mais le financement manque (PAM)

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a appelé la communauté internationale à financer les 35,5 millions de dollars qui lui manque pour pouvoir doubler son aide humanitaire en République centrafricaine (RCA).