Burkina Faso : l’ONU condamne une attaque meurtrière contre un camp militaire

22 août 2019

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné une attaque perpétrée le 19 août contre le camp militaire de Koutougou, dans la province de Soum, au nord du Burkina Faso.

Selon les rapports officiels, il s’agit d’une des attaques les plus meurtrières cette  année, a précisé son porte-parole, Stéphane Dujarric, dans un communiqué publié mercredi soir.

António Guterres a exprimé ses plus sincères condoléances aux familles des défunts ainsi qu’au peuple et au gouvernement burkinabé, et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

D'après la presse, l’attaque perpétrée avant l’aube a fait 24 morts et 7 blessés parmi des militaires burkinabés. Cette attaque a été attribuée à des djihadistes. Jusque-là, la plus grosse attaque djihadiste jamais perpétrée contre l'armée burkinabé avait fait 12 morts, à Nassoumbou, également dans la province du Soum, en décembre 2016. 

Le Burkina Faso fait face depuis plus de quatre ans à des attaques djihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières, en particulier dans le nord et l'est du pays, qui ont fait plus de 500 morts. 

« Le Secrétaire général condamne en outre les attaques qui visent de manière indiscriminées les populations civiles. Il appelle les autorités à veiller à ce que leurs auteurs soient rapidement traduits en justice et à ce que toutes les actions militaires soient menées conformément au droit international relatif aux droits de l'homme et au droit international humanitaire », a ajouté son porte-parole. 

Le chef de l'ONU a réitéré « sa solidarité avec le gouvernement et le peuple du Burkina Faso », indique encore le communiqué.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afrique de l’Ouest : le Sahel et le bassin du lac Tchad toujours minés par l’insécurité (ONU)

L’envoyé de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel a alerté mercredi le Conseil de sécurité sur l’augmentation « encore plus visible et significative » des attaques violentes directement liées à l’extrémisme violent dans la région.