Cachemire : le chef de l’ONU appelle l’Inde et le Pakistan à un maximum de retenue

8 août 2019

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, suit avec inquiétude la situation au Jammu-et-Cachemire et appelle l’Inde et le Pakistan à un maximum de retenue, a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse publiée jeudi.

La position des Nations Unies sur cette région est régie par la Charte des Nations Unies et les résolutions applicables du Conseil de sécurité, a-t-il souligné.

« Le Secrétaire général rappelle aussi l'accord de 1972 sur les relations bilatérales entre l'Inde et le Pakistan, également appelé accord de Simla, aux termes duquel le statut définitif du Jammu-et-Cachemire doit être réglé par des moyens pacifiques, conformément à la Charte des Nations Unies », a ajouté le porte-parole.

Le gouvernement indien a annoncé, lundi 5 août, par décret, la révocation de l’autonomie constitutionnelle de l’Etat du Jammu-et-Cachemire, appelé aussi Cachemire indien.

Le Cachemire indien est revendiqué par le Pakistan depuis la partition de 1947. Il est en proie à une insurrection séparatiste et à des flambées régulières de tension. La partie pakistanaise du Cachemire est revendiquée de son côté par l’Inde.

Le chef de l’ONU s'est inquiété « des informations faisant état de restrictions imposées à la partie indienne du Cachemire, qui pourraient aggraver la situation des droits de l'homme dans la région », a dit son porte-parole.

« Le Secrétaire général appelle toutes les parties à s'abstenir de prendre des mesures qui pourraient affecter le statut du Jammu-et-Cachemire », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU appelle l'Inde et le Pakistan à réduire les tensions après une attaque au Cachemire

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé mardi l'Inde et le Pakistan à prendre des mesures pour désamorcer les tensions à la suite d'un attentat dans la région du Cachemire qui a causé la mort de dizaines de membres des forces de sécurité indiennes.