Soudan : l'ONU encourage les parties à mettre en œuvre l’accord conclu sur une instance de transition

5 juillet 2019

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, s’est dit « encouragé » par l'accord conclu vendredi au Soudan entre les Forces pour la liberté et le changement et le Conseil militaire de transition en vue de la mise en place d'organes de gouvernement de transition.

Par la voix de son porte-parole adjoint, Farhan Haq, M. Guterres a félicité l'Union africaine et l'Éthiopie pour leur rôle de médiateur dans les pourparlers menés par les Soudanais ainsi que l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) pour son soutien au processus.

« Le Secrétaire général encourage toutes les parties prenantes à assurer la mise en œuvre rapide, inclusive et transparente de l'accord et à résoudre les problèmes en suspens par la voie du dialogue », a dit M. Haq dans une déclaration de presse publié le jour de la conclusion de l’accord.

Le chef de l’ONU s’est également félicité de l'engagement des parties à mener une enquête indépendante sur les actes de violence perpétrés contre des manifestants pacifiques, y compris les événements du 3 juin. Selon les informations rapportées par la presse, les forces de sécurité ont dispersé dans la violence un sit-in de manifestants à Khartoum, faisant plus de 120 morts.

Mercredi, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, avait appelé les autorités soudanaises à ouvrir des enquêtes indépendantes sur tous les actes de violence et les allégations d'usage excessif de la force.

« Le Secrétaire général exprime sa solidarité avec le peuple soudanais et réitère l'engagement des Nations Unies d'aider au processus de transition », a conclu son porte-parole adjoint.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L’ONU demande au Soudan de rétablir les libertés et d'enquêter sur les violations des droits

Alors que de nouvelles informations font état de victimes lors des manifestations qui ont eu lieu dimanche dans plusieurs villes du Soudan, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a appelé mercredi les autorités soudanaises à lever les restrictions sur l’Internet et à ouvrir des enquêtes indépendantes sur tous les actes de violence et les allégations d'usage excessif de la force.