Ethiopie : le chef de l’ONU estime essentiel de restaurer rapidement l’Etat de droit dans la province du Tigré

7 décembre 2020

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est dit lundi très préoccupé par la situation actuelle dans la province du Tigré en Éthiopie et a estimé « essentiel de restaurer rapidement l'Etat de droit, dans le plein respect des droits de l'homme».

Le chef de l’ONU a également jugé essentiel « de promouvoir la cohésion sociale et une réconciliation inclusive », « de rétablir la fourniture de services publics et de garantir un accès humanitaire sans entraves », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« L’ONU reste totalement déterminée à soutenir l’initiative de l’Union africaine. Nous restons également pleinement déterminés à mobiliser la pleine capacité de l’ONU pour fournir un appui humanitaire aux réfugiés, aux personnes déplacées et à toutes les populations en détresse », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a également transmis ces messages dans les nombreuses conversations qu'il a eues avec des représentants des Nations Unies sur le terrain et des dirigeants régionaux, ainsi qu'avec le Premier Ministre éthiopien Abiy Ahmed avec qui il s'est entretenu lundi, a précisé son porte-parole.

La semaine dernière, le gouvernement éthiopien a accordé aux Nations Unies un accès humanitaire « sans restriction » à la province du Tigré.

Le Tigré, région septentrionale frontalière avec l’Erythrée, est privé de tout approvisionnement depuis le 4 novembre, lorsque le Premier ministre éthiopien a envoyé l’armée fédérale à l’assaut des forces du Front de libération du peuple du Tigré, organisation qui dirige la région et défiait son autorité depuis des mois. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ethiopie : des rapports inquiétants sur les camps de réfugiés érythréens au Tigré - HCR

L'Agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a déclaré vendredi qu'elle continuait à recevoir des « rapports inquiétants » concernant les camps de réfugiés érythréens dans la région du Tigré en Ethiopie qui restent « inaccessibles ». Le Haut-Commissariat s'apprête à reprendre l'envoi de l'aide aux personnes déplacées.