Le HCR et la fondation 'Education Above All' s’allient pour éduquer 450.000 enfants déracinés

29 avril 2019

Le chef de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et la fondatrice de l’ONG qatari Education Above All (EAA) ont entamé lundi une visite conjointe de projets mis en œuvre par le HCR dans le cadre du programme ‘Eduquer un enfant’ de l'EAA, à Kuala Lumpur, en Malaisie.

« D’après ce que j’ai vu ici en Malaisie, il est clair qu’un enseignement primaire de qualité peut définitivement changer le cours de la vie d’un enfant », a déclaré Sheikha Moza bint Nasser, fondatrice d’EAA.

La mission de Sheikha Moza et du Haut-Commissaire pour les réfugiés, Filippo Grandi, fait suite à un accord de partenariat stratégique entre le HCR et l'EAA, visant à inscrire plus de 450.000 enfants réfugiés et déplacés internes dans les écoles de 15 pays.

L’éducation aide les enfants à se remettre des épreuves, elle stabilise aussi les familles, facilite l’insertion locale et donne de l’espoir pour l’avenirFilippo Grandi, chef du HCR

Lors de leur visite dans la capitale malaisienne, ils ont pu constater les résultats obtenus au centre Dignity, l’un des 131 établissements d’apprentissage gérés par le HCR dans le cadre du programme ‘Eduquer un enfant’ de l'EAA.

« Je suis fière du travail accompli ici et reconnaissante envers la Malaisie et sa population d’aider ces enfants à accéder à un avenir meilleur », a dit Sheikha Moza. « En dotant les réfugiés de connaissances et de compétences, ils pourront être des atouts pour leur pays d’accueil et participer activement, plus tard, à la reconstruction de leur pays d’origine ».

Le partenariat apportera une contribution conjointe de près de 100 millions de dollars pour soutenir l’apprentissage des enfants réfugiés et déplacés.

L’EAA et ses partenaires travaillent déjà dans 50 pays pour inscrire à l’école plus de 7,5 millions d’enfants non scolarisés. Environ 2,3 millions de ces enfants sont des réfugiés ou des déplacés internes.

Depuis 2012, l’EAA et le HCR travaillent avec d’autres partenaires et défenseurs des droits humains pour permettre à certains des enfants parmi les plus marginalisés au monde d’accéder à un enseignement primaire de qualité.

En Malaisie, pays qui accueille près de 167.000 réfugiés, l’EAA et ses partenaires ont aidé à la scolarisation de plus de 9.400 enfants réfugiés, originaires de plus de 17 pays. Plus de 6.000 enfants réfugiés en âge d’aller à l’école primaire ne sont toutefois toujours pas scolarisés.

« Avec plus de quatre millions d’enfants réfugiés actuellement déscolarisés à travers le monde, il y a encore beaucoup à faire », a déclaré Sheikha Moza, appelant d’autres partenaires à se joindre aux efforts afin de permettre le retour de davantage d’enfants dans les salles de classe.

« Je n’insisterai jamais assez sur l’importance de la scolarisation des enfants réfugiés et déplacés internes, dont des millions sont privés de l’éducation qui leur est nécessaire », a déclaré Filippo Grandi. « Non seulement l’éducation aide les enfants à se remettre des épreuves, elle stabilise aussi les familles, facilite l’insertion locale et donne de l’espoir pour l’avenir ».

Actuellement, 68,5 millions de personnes sont déracinées à travers le monde, dont plus de 25 millions de réfugiés et 40 millions de personnes déplacées dans leur propre pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Au Bangladesh, les réfugiés rohingyas ont besoin de plus d’aide et de pouvoir entrevoir un avenir (ONU)

Trois hauts responsables onusiens ont conclu une visite au Bangladesh par un appel à soutenir d’urgence les plus de 900.000 réfugiés rohingyas dont la plupart ont fui le Myanmar depuis août 2017.