Trois millions de réfugiés et de migrants ont déjà fui le Venezuela (ONU)

8 novembre 2018

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’Agence des Nations Unies pour les migrations (OIM) ont annoncé jeudi que le nombre de réfugiés et de migrants du Venezuela atteint désormais trois millions à travers le monde.

Selon les statistiques compilées par les différents services nationaux pour l’immigration et d’autres sources, les pays d’Amérique latine et des Caraïbes accueillent environ 2,4 millions de réfugiés et de migrants du Venezuela, alors que d’autres régions accueillent le reste de cette population en mouvement.

« Les pays d’Amérique latine et des Caraïbes ont largement maintenu leur politique louable de portes ouvertes à l’égard des réfugiés et des migrants du Venezuela ; toutefois, leur capacité de réception est mise à rude épreuve, ce qui exige une réponse plus robuste et immédiate de la part de la communauté internationale pour que se poursuivent cette générosité et cette solidarité », a déclaré Eduardo Stein, le Représentant spécial conjoint HCR-OIM pour les réfugiés et les migrants en provenance du Venezuela.

 

 

© UNHCR/Fabio Cuttica
Le chef du HCR se rend en première ligne de la crise au Venezuela dans une ville frontalière en Colombie.

 

La Colombie héberge le plus grand nombre de réfugiés et de migrants du Venezuela, soit plus d’un million au total. Viennent ensuite le Pérou, avec plus d’un demi-million, l’Équateur, qui en compte plus de 220.000, l’Argentine, 130.000, le Chili, plus de 100.000 et le Brésil, 85.000. Au-delà de l’Amérique du Sud, les pays d’Amérique centrale et des Caraïbes ont également enregistré une hausse des arrivées de réfugiés et de migrants en provenance du Venezuela. Le Panama, par exemple, accueille actuellement 94.000 Vénézuéliens.

Du fait de cette hausse, les besoins des réfugiés et des migrants du Venezuela ainsi que ceux des communautés d’accueil ont aussi considérablement augmenté.

Les gouvernements des pays de la région dirigent l’action humanitaire et coordonnent leurs efforts, notamment dans le cadre du processus de Quito, qui constitue une étape importante vers une approche régionale pour intensifier l’aide et harmoniser les politiques.

La deuxième réunion de Quito pour les gouvernements des pays de la région aura lieu les 22 et 23 novembre.

Pour apporter un appui à cette réponse, la Plate-forme régionale de coordination inter-agences, créée en septembre et composée de 40 partenaires et participants - dont des agences des Nations Unies, d’autres organisations internationales, la société civile et des organisations confessionnelles - renforce la réponse opérationnelle et travaille sur un Plan régional d’aide humanitaire aux réfugiés et migrants du Venezuela qui sera lancé en décembre.

Il se concentrera sur quatre domaines stratégiques : l’aide d’urgence directe, la protection, l’intégration socio-économique et culturelle ainsi que le renforcement des capacités au sein des services gouvernementaux des pays d’accueil.

 

UNHCR/Marta Martinez
Le visage d'un jeune enfant est peint dans le Centre sportif Iñaquito soutenu par le HCR à Quito, en Équateur, où des enfants du Venezuela, de Colombie et de l'Équateur pratiquent des activités de loisirs comme la danse, le dessin ou les sports.