Qatar : l’OIT accueille favorablement la nouvelle loi sur les travailleurs migrants  

12 septembre 2018

Le Qatar a introduit  une nouvelle législation visant à garantir la liberté de mouvement des travailleurs migrants, faisant ainsi avancer son programme de réformes, a salué récemment l’Organisation internationale sur le travail (OIT).

Les travailleurs migrants au Qatar couverts par le code du travail n’auront plus besoin d’obtenir une autorisation de sortie pour pouvoir quitter le pays, a expliqué l’OIT dans un communiqué.

« L’OIT salue l’entrée en vigueur de la loi n° 13, qui aura une incidence directe et positive sur la vie des travailleurs migrants au Qatar», a déclaré Houtan Homayounpour, responsable du bureau de projet de l’OIT pour l’Etat du Qatar.

Selon l’OIT, la loi n° 13 de 2018 porte modification de la loi n° 21 de 2015  et de la loi n°1 de 2017 , qui réglementent l’entrée, la sortie et le séjour des personnes de nationalité étrangère, qui imposaient à tous les travailleurs migrants l’obligation d’obtenir de la part de leur employeur une autorisation de sortie pour pouvoir quitter le Qatar.

Selon Houtan Homayounpour cette nouvelle législation, adoptée le 4 septembre 2018,  est la première étape vers la suppression complète des autorisations de sortie est un signe clair de l’engagement du gouvernement qatari en faveur des réformes de la législation relative à l’emploi.  Elle marque une étape clé de ce processus.

Un décret ministériel définissant les règles et les procédures permettant la sortie des travailleurs qui ne sont pas couverts par le code du travail suivra, a avancé l’OIT.

Le Qatar et l’OIT se sont engagés à coopérer en vue de garantir le respect des conventions internationales du travail ratifiées, et de mettre progressivement en œuvre les principes et droits fondamentaux au travail dans l’Etat du Qatar durant la période 2018-2020.

L’OIT a affirmé qu’elle poursuivra son étroite collaboration avec le gouvernement qatari sur ces réformes.