Afghanistan : l’ONU appelle à l’arrêt des combats à Ghazni

Une jeune fille regarde à travers un cadre d'une fenêtre détruite près de Kaboul, en Afghanistan, en 2013. Les civils en Afghanistan subissent le choc de près de 20 ans de conflit.
UNICEF/UNI152469/Dragaj
Une jeune fille regarde à travers un cadre d'une fenêtre détruite près de Kaboul, en Afghanistan, en 2013. Les civils en Afghanistan subissent le choc de près de 20 ans de conflit.

Afghanistan : l’ONU appelle à l’arrêt des combats à Ghazni

Paix et sécurité

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afghanistan, Tadamichi Yamamoto, a appelé mercredi à l’arrêt des combats dans la ville de Ghazni en raison des souffrances que ces affrontements causent aux civils.

« L'attaque des talibans contre la ville de Ghazni et les combats qui ont suivi dans des zones urbaines densément peuplées ont de nouveau causé de terribles souffrances aux civils pris dans le conflit. Tout aussi inacceptable, la lutte pour la ville de Ghazni a exacerbé les blessures profondément enracinées qui divisent les communautés afghanes à un moment où la cohésion est plus cruciale que jamais », a dit dans un communiqué de presse M. Yamamoto, qui est également le chef de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA).

Selon des rapports, le bilan des victimes à Ghazni est élevé parmi les forces gouvernementales, les combattants talibans et les civils. Les estimations non confirmées vont de 110 à 150 victimes civiles. Des informations fiables indiquent que l'hôpital public de Ghazni est submergé par un afflux continu de blessés.

Les combats ont également entraîné des pannes d’électricité, des pénuries d’eau et de nourriture. Les réseaux de communication et les médias ont été fermés et les routes restent bloquées, empêchant la liberté de mouvement des familles en quête de sécurité.

« Les acteurs humanitaires prêts et disposés à fournir l'assistance nécessaire doivent recevoir des garanties explicites, publiques et absolues de la part de toutes les parties au conflit, leur permettant d'opérer en toute sécurité, sans entrave ou tentative d'interférence avec les principes humanitaires », a déclaré le chef de la MANUA.

Pour le Représentant spécial de l'ONU en Afghanistan, l’extrême souffrance humaine causée par les combats à Ghazni souligne le besoin urgent de mettre fin à la guerre dans le pays.

« Le gouvernement afghan a fait un geste sans précédent en décidant de discuter avec les talibans plutôt que de se battre. Le dernier cessez-le-feu de l'Aïd, du 15 au 17 juin, a montré à tous les Afghans, en particulier à ceux qui étaient trop jeunes pour connaître autre chose que la guerre, à quoi ressemble la paix. Il est donc essentiel que cette guerre prenne fin par un règlement négocié dirigé par les Afghans », a-t-il ajouté.

« Les combats à Ghazni doivent cesser et les combats en Afghanistan doivent cesser. Les mesures de confiance qui réduisent immédiatement la violence sont cruciales et les pourparlers entre le gouvernement afghan et les talibans sont nécessaires pour identifier et élargir les terrains d'entente. L’Organisation des Nations Unies est prête à appuyer toute initiative visant à promouvoir la paix en Afghanistan », a conclu M. Yamamoto.