Mali : l’ONU condamne l'attaque meurtrière contre la MINUSMA à Tombouctou

15 avril 2018

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et le Conseil de sécurité ont condamné dimanche l'attaque perpétrée samedi contre un camp de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA) qui a tué un Casque bleu burkinabè et blessé sept Casques bleus, sept soldats français et deux civils maliens.

« Le Secrétaire général rappelle que les attaques visant les Casques bleus peuvent constituer des crimes de guerre au regard du droit international et que ceux qui tentent d'entraver le processus de paix peuvent être la cible de sanctions. Ces actes ne dissuaderont pas la MINUSMA de soutenir le peuple malien dans sa quête pour la paix et la stabilité », a dit son porte-parole, dans une déclaration à la presse. 

Cette attaque est la plus importante contre la MINUSMA depuis son établissement et la troisième attaque contre la mission ce mois-ci.

Le Secrétaire général et le Conseil de sécurité ont transmis leurs condoléances au gouvernement du Burkina Faso, ainsi qu’à la famille et aux proches de la victime, et ont souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

« António Guterres a rendu hommage au courage des hommes et des femmes qui servent dans la MINUSMA et dans les forces armées maliennes et internationales au péril de leur vie et au prix de sacrifices personnels importants », a déclaré son porte-parole.

Le Secrétaire général a appelé les autorités maliennes ainsi que les groupes armés signataires de l'accord de paix à ne ménager aucun effort pour identifier les auteurs de cette attaque, afin qu'ils puissent être traduits en justice le plus rapidement possible.

Réitérant leur plein appui à la MINUSMA et aux forces françaises qui la soutiennent, les membres du Conseil de sécurité ont réaffirmé que tout acte de terrorisme est criminel et injustifiable.

Mettre en œuvre l’Accord de paix au Mali et contrer la menace terroriste transnationale au Sahel

Les membres du Conseil de sécurité se sont déclarés préoccupés par la situation sécuritaire au Mali et la dimension transnationale de la menace terroriste dans la région du Sahel. Ils ont exhorté les parties maliennes à mettre pleinement en œuvre l'Accord sans plus tarder. Ils ont noté que la pleine mise en œuvre de l'Accord et l'intensification des efforts visant à surmonter les menaces asymétriques peuvent contribuer à améliorer la situation en matière de sécurité à travers le Mali.

Les membres du Conseil ont également souligné que les efforts de la Force conjointe du G5 Sahel pour contrer les activités des groupes terroristes et d'autres groupes criminels organisés contribueront à créer un environnement plus sûr dans la région du Sahel.