Libéria : la mission de l’ONU s’apprête à quitter le pays après avoir contribué au retour de la paix

23 mars 2018

Dans le cadre de sa visite au Libéria cette semaine, la Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Amina J. Mohammed, s’est félicitée de la fermeture, à la fin de ce mois, de la mission de l’ONU qui a permis le retour de la paix dans ce pays.

« Le Libéria a fait d’énormes progrès au cours des 15 dernières années », a déclaré Mme Mohammed lors d’un événement dans la capitale, Monrovia, pour commémorer la fin de la Mission de maintien de la paix de l’ONU dans ce pays (MINUL), soulignant son rôle dans le relèvement du pays.

« En 2003, lorsque la MINUL a été créée, le Libéria était déchiré par la guerre, avec une population traumatisée et aucun espoir pour ses jeunes, en particulier nos femmes et nos filles », a-t-elle poursuivi.

La Vice-Secrétaire générale a noté que 14 années de guerre civile ont fait plus d’un quart de million de morts et ont déplacé près d’un tiers de la population. Environ 80% des femmes et des filles auraient été victimes de violences sexuelles.

Soulignant le rôle important des femmes libériennes, Mme Mohammed a salué leur « leadership, leur courage et leur intégrité » dans la poursuite de la paix.

Elle a remercié les représentants spéciaux, le personnel civil et militaire des Nations Unies et les pays fournisseurs de contingents et a rendu un hommage particulier aux 200 Casques bleus qui ont perdu la vie dans le cadre des efforts pour ramener la paix au Libéria.

Photo MINUL/Staton Winter
Une femme libérienne avec un drapeau du Libéria dans ses cheveux.

 

Malgré les progrès accomplis, des défis persistent, a-t-elle souligné. « La paix ne durera pas sans développement durable ; et les progrès en matière de développement seront menacés sans une paix durable et le respect des droits de l’homme », a-t-elle averti.

Elle a noté qu’il y a une génération, le Libéria et la Sierra Leone sombraient dans l’anarchie et que la Côte d’Ivoire était plongée dans la crise. Vingt ans plus tard, « la fermeture de la MINUL marque la transition des trois pays vers la paix et la démocratie ». « Cette sous-région a un brillant avenir », a-t-elle déclaré.

S’adressant ensuite à la presse, elle a qualifié la MINUL de nouvel exemple de succès pour une mission de maintien de la paix en Afrique de l’Ouest.

Mme Mohammed a noté qu’aujourd’hui les Libériens jouissent de la paix et que la MINUL laisse derrière elle un pays qui a un grand potentiel pour parvenir à une stabilité durable, à la démocratie et à la prospérité.

Au Président libérien George Manneh Weah, elle a confirmé le soutien de l’ONU pour maintenir la paix et promouvoir le développement durable. Elle lui assuré que l’ONU resterait engagée au-delà du mandat de la MINUL qui s’achève le 30 mars.

Malgré le départ de la mission, 17 fonds et agences des Nations Unies resteront au Libéria pour se concentrer sur le développement et l’amélioration de la vie des Libériens.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Avec l'investiture du Président Weah, l'ONU salue la réussite de l'alternance politique au Libéria

George Weah a été investi lundi en tant que nouveau Président du Libéria où les Nations Unies sont sur le point de fermer leur opération de maintien de la paix dans quelques semaines après près de 15 ans de présence réussie dans le pays.