Au Mali, une personne sur quatre souffre d’insécurité alimentaire aiguë (PAM)

16 mars 2018

Le Mali connait une insécurité alimentaire et nutritionnelle liée à des conditions agro-climatiques difficiles et à un niveau élevé de pauvreté, exacerbés depuis 2012 par la crise politique et sécuritaire.

Dans ce pays d’Afrique de l’ouest, une personne sur quatre est en insécurité alimentaire aiguë.

« Aujourd’hui on voit une crise agro-pastorale assez sérieuse liée à des facteurs d’insécurité mais aussi agro-climatiques. Il y a eu des poches de sècheresse et dans une grande partie du territoire malien il y a encore de l’insécurité, et de la violence », a déclaré Silvia Caruso, Représentante du Programme alimentaire mondial (PAM) au Mali.

L’insécurité au Mali continue à créer des déplacements forcés de population dans le nord et le centre du pays. Au moins 50,000 nouveaux déplacés sont à prévoir en 2018. Le PAM, avec d’autres partenaires, prévoit d’apporter une assistance alimentaire et nutritionnelle d’urgence pour couvrir leurs besoins immédiats au moins pendant les 3 premiers mois de leur déplacement.

Dans un entretien accordé à ONU Info, Mme Caruso a également souligné que l’absence de l’administration dans certaines régions du Mali aggrave et limite l’accès aux services de bases ainsi que la circulation des biens et des denrées alimentaires.

Au Mali, la période de soudure – période qui sépare et l'épuisement de la récolte de l'année précédente de la récolte suivante – s’étendra de juin à août 2018. Durant cette période, environ 795,000 personnes (4,21% de la population) auront besoin d'une aide alimentaire et nutritionnelle d’urgence.

Cette année, la période de soudure est arrivée de manière précoce. Un signe préoccupant pour la représentante du PAM. « Ceci a provoqué l’épuisement précoce du pâturage et les agriculteurs, qui ont vu leur récolte affectée par la sécheresse, sont déjà dans une situation de crise », a déclaré Mme Caruso.

Le PAM déploie tous ses efforts pour identifier les groupes prioritaires à aider. L’agence onusienne compte fournir une assistance directe en espèces ou en coupon alimentaire afin d’éviter que les petits producteurs vendent leur petit capital productif et protègent ainsi leurs moyens d’existence.

Le PAM entend lutter contre la malnutrition au Mali à travers les centres de santé et, là où les marchés fonctionnent, compte faire des transferts monétaires pour permettre aux populations les plus démunis d’acheter des paniers alimentaires conséquents et équilibrés.

118.657 élèves maliens recevront des repas scolaires en 2018

Photo : PAM/Sébastien Rieussec
Les élèves de l’école de Tambacara (région de Kayes) soutenue par le PAM à travers les cantines scolaires pour encourager la scolarisation des enfants.

 

Au Mali où un enfant sur quatre souffre de la malnutrition, le PAM apporte un soutien conséquent aux repas scolaires.

« Les cantines scolaires jouent un rôle essentiel comme pilier de sécurité sociale et a un impact sur l’éducation », a précisé la Représentante du PAM.

Les comités de gestion scolaires reçoivent des vivres ou des transferts monétaires pour acheter sur les marchés locaux des produits nutritifs et adaptés aux habitudes alimentaires pour préparer les repas des écoliers. Ce mode de fonctionnement favorise l’autonomisation des cantines scolaires et stimule l’économie locale à travers l’achat de produits locaux.

Pour l’année 2018, les interventions d'alimentation scolaire du PAM ciblent actuellement 118.657 élèves dans 600 écoles notamment dans le nord et le centre du pays.

 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.