Syrie : l'augmentation de la violence aggrave une situation déjà catastrophique, selon le PAM

16 janvier 2018

Une recrudescence de la violence dans la Ghouta orientale et dans le gouvernorat d'Idlib, en Syrie, a accru l'insécurité alors que les conditions dans ces régions sont déjà désespérées, a indiqué mardi le Programme alimentaire mondial (PAM).

« Depuis la fin de l'année dernière, des frappes aériennes ont détruit des bâtiments civils, tuant des centaines de personnes dans les deux régions et dans le cas d'Idlib, déplaçant environ 100.000 personnes », a déclaré une porte-parole du PAM, Bettina Luescher, lors d'une conférence de presse à Genève.

À Idlib, les affrontements armés entre les forces gouvernementales, leurs alliés et les groupes armés d'opposition se sont intensifiés, l'insécurité s'étant propagée dans le nord-est de Hama, dans l'ouest rural d'Alep et dans le sud d'Idlib, obligeant 100.000 personnes à abandonner leurs domiciles. Les conditions à Idlib sont désastreuses, de nombreuses personnes déplacées étant obligées de vivre dehors en plein hiver.

« Le PAM a aidé 70.000 personnes déplacées à Idlib en décembre et janvier avec des rations de cinq jours prêtes à consommer ; [et] on prévoit de distribuer d'autres rations prêtes à consommer dans les prochains jours », a dit Mme Luescher. Le PAM a prépositionné plus de 27.000 rations à Idlib et à Alep et des livraisons d'urgence en provenance de Turquie sont également en cours.

Les combats se poursuivent dans l'enclave assiégée de la Ghouta orientale, où près de 400.000 personnes vivent dans des conditions difficiles et souffrent de graves pénuries de nourriture, de carburant et d'eau potable.

« Au total, 417.000 personnes vivent actuellement en état de siège en Syrie, la plus grande partie dans la Ghouta orientale, où vivent près de 400.000 personnes », a poursuivi Mme Luescher. « L'accès du PAM à la Ghouta orientale a été limité au cours des cinq dernières années, permettant seulement de fournir un tout petit peu d'aide aux familles dans le besoin ».

En 2017, le PAM a aidé à fournir une aide alimentaire à 110.000 personnes dans 13 parties de l'enclave.

Elle a appelé à faire de la fin du conflit, qui dure depuis sept ans, une priorité, notant que ce conflit poussait « toujours plus de gens dans la faim et la misère ».

Le PAM a lancé un appel à toutes les parties pour qu'elles protègent les civils, respectent les principes humanitaires et permettent la livraison de nourriture en toute sécurité aux familles dans le besoin, où qu'elles se trouvent.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : plus de trente enfants tués depuis le début de l'année, selon l'UNICEF

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) s'est dit choqué qu'au cours des 14 premiers jours de l'année, plus de 30 enfants aient été tués par le regain de violence dans la Ghouta orientale, en Syrie, où environ 200.000 enfants sont pris au piège depuis 2013.