Le chef de l'ONU exhorte les pays du G-20 à agir pour le développement durable

15 novembre 2014

Lors du Sommet du G-20 à Brisbane en Australie, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a indiqué samedi que les pays du G-20 ont la responsabilité d'agir pour surmonter les problèmes de sécurité dans le monde, les dangers liés aux changements climatiques et de promouvoir le développement durable.

Lors du Sommet du G-20 à Brisbane en Australie, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a indiqué samedi que les pays du G-20 ont la responsabilité d'agir pour surmonter les problèmes de sécurité dans le monde, les dangers liés aux changements climatiques et de promouvoir le développement durable.

« La détermination du G20 à renforcer la croissance de plus de 2% au cours des cinq prochaines années est un pas dans la bonne direction. Mais la qualité de la croissance est tout aussi importante que la quantité », a déclaré le chef de l'ONU lors d'une conférence de presse en marge du sommet.

« Nous devons mettre en place un programme qui fait avancer le développement durable, qui est capable de réduire les inégalités et qui génère des emplois décents, en particulier pour les jeunes », a-t-il ajouté.

Concernant la question des changements climatiques, M. Ban a salué l'annonce faite récemment par les Etats-Unis et la Chine de leur action sur le climat pour l'après-2020, qui vient après la décision de l'Europe sur les objectifs de réduction des émissions.

Le monde se tourne vers le G20 à mener pour résoudre le problème de financement de la lutte contre les changements climatiques a indiqué le Secrétaire général, en exhortant les pays du G20 à prendre des engagements ambitieux pour apporter le financement nécessaire au Fonds vert pour le climat lors de la conférence des bailleurs de fonds la semaine prochaine à Berlin.

« Nous devons agir rapidement et de façon décisive si nous voulons éviter des conséquences de plus en plus destructrices - nous avons les moyens de limiter les changements climatiques et de construire un avenir meilleur », a souligné le chef de l'ONU.

Les programmes de développement durable et de promotion de la croissance durable dépendent du financement - public, privé, national et international. Par conséquent, le G20 doit poursuivre ses efforts pour réformer le système financier mondial, renforcer les systèmes fiscaux, lutter contre la corruption et réaffirmer leur engagement à atteindre l'objectif de 0,7% du revenu national brut à l'aide au développement.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNESCO appelle tous les pays à renouveler leur engagement pour l'éducation au développement durable

La Conférence mondiale sur l'éducation au développement durable (ESD) de l'UNESCO s'est terminée mercredi à Aichi-Nagoya, au Japon, sur une déclaration appelant à une action urgente visant à généraliser l'ESD et à l'inclure dans l'agenda du développement post 2015. La Déclaration d'Aichi-Nagoya appelle toutes les nations à mettre en œuvre le Programme d'action globale afin de faire progresser les objectifs de l'ESD.