Syrie : le Secrétaire général appelle le Conseil de sécurité à faire preuve d'unité

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avec le Président de la République populaire de Chine, Hu Jintao. Photo ONU/E. Debebe
Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avec le Président de la République populaire de Chine, Hu Jintao. Photo ONU/E. Debebe

Syrie : le Secrétaire général appelle le Conseil de sécurité à faire preuve d'unité

A l'issue d'un entretien avec le Président de la Chine, Hu Jintao, le Secrétaire général a émis l'espoir que le Conseil de sécurité parviendrait à un accord pour répondre à la crise en Syrie.

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a affirmé mercredi avoir eu des entretiens positifs sur la situation en Syrie avec le Président de la Chine, Hu Jintao, et le Ministre des affaires étrangères de ce pays, Yang Jiechi, formant le vœu l'espoir que le Conseil de sécurité parvienne à un accord pour répondre à la crise dans ce pays du Moyen-Orient.

« J'ai expliqué à quel point la situation est devenue grave, un point de vue que mes interlocuteurs ont partagé », a déclaré Ban Ki-moon lors d'une conférence de presse donnée à l'issue de ces entrevues.

« J'espère donc sincèrement que les membres du Conseil de sécurité seront en mesure de mener leurs discussions, avec à l'esprit l'urgence de la situation, et de lancer une action collective reflétant leur unité ».

« Nous ne pouvons pas continuer comme cela. Tant de gens meurent depuis maintenant si longtemps. J'espère sincèrement que les membres du Conseil de sécurité sauront faire preuve d'unité », a ajouté le Secrétaire général.

Dans une note destinée à la presse, son porte-parole a déclaré que Ban Ki-moon souhaitait que le Conseil, dont la Chine est un membre permanent, poursuive ses discussions et présente un front uni afin de mettre fin aux effusions de sang.

Les membres du Conseil doivent se réunir mercredi au sujet de la Syrie, où la crise se poursuit avec la même violence depuis le début de l'insurrection contre le Président syrien, Bachar Al-Assad, il y a environ 16 mois.

Le mandat de la Mission de supervision des Nations Unies en Syrie (MISNUS), qui a suspendu il y a un mois ses activités en raison de l'intensification des violences sur le terrain, expire le 20 juillet. Le Conseil de sécurité doit se prononcer sur son avenir.

Ce n'est pas la première fois que le Secrétaire général plaide en faveur d'une action collective et décisive sur la situation dans le pays. Plus tôt cette semaine, Il s'est entretenu au téléphone avec le Ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov, du besoin impératif de mettre fin aux violences en Syrie. Il a également souligné l'importance des discussions de l'Envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des états arabes pour la crise en Syrie, Kofi Annan, avec ses interlocuteurs russes à Moscou.

En Fédération de Russie lundi et mardi, M. Annan a indiqué avoir eu avec M. Poutine une « excellente » conversation, qui a porté sur les mesures à prendre pour mettre fin aux violences et aux tueries en Syrie et sur les moyens d'y ouvrir une transition politique.

Il a lui aussi souligné l'importance d'un Conseil de sécurité uni sur le dossier syrien, affirmant que si ces membres parlaient « d'une seule et même voix, cette voix porterait plus loin ».

M. Ban a également parlé aujourd'hui avec le Premier Ministre du Liban, Najib Mikati, auquel il a apporté son soutien vigoureux pour les efforts qu'il déploie afin de protéger la stabilité et la sécurité du Liban. Le Secrétaire général a souligné la responsabilité du gouvernement syrien dans la cessation des violences au Liban et exprimé ses regrets devant le nombre de victimes faites dans ce pays.

Outre les violences confessionnelles qui ont récemment secoué le pays en relation avec la situation en Syrie, le Liban est également l'une des destinations privilégiées par les milliers de réfugiés syriens fuyant leur pays.